Return to search

View context

France
Archives départementales du Cantal

Finding aid sub-groups

par L. Bouyssou, J.-E. Iung, E. Bouyé et N. Laparra ; sous la direction d'E. Bouyé
2007
Archives départementales du Cantal
(Aurillac)
Instrument de recherche rédigé en Francais

Record creators history

Un peu de géographie historique :

Le Cantal correspond à la partie méridionale de l'ancienne province d'Auvergne.

Nul n'ignore le rôle joué par les Arvernes et leur chef Vercingétorix au seuil de notre histoire. Après la conquête romaine, le pays des Arvernes qui s'étendait, au sud, jusqu'aux territoires des Gabales et des Ruthènes devint la "civitas Arvernorum".

C'est dans ces mêmes limites qu'apparaît au IIIe siècle l'évêché de Clermont, dont le chef spirituel devait souvent, par la suite, supplanter les comtes nommés par les rois francs à la tête du même vaste territoire. Mais dans cet ensemble très étendu devaient immanquablement apparaître des subdivisions.

C'est ainsi qu'au milieu de l'anarchie politique et sociale de la fin des temps carolingiens, se détachent de la nébuleuse féodale, au IXe siècle, les vastes domaines du "comte" Géraud d'Aurillac qui, situés aux confins de l'Aquitaine et du Rouergue, sans correspondre à une circonscription territoriale précise, présentent déjà une certaine individualité, liée à la vigoureuse personnalité de leur possesseur.

Emergent aussi, au Xe siècle, les puissants vicomtes de Carlat, qui dominent tout le sud des monts du Cantal jusqu'au Rouergue.

Autre lueur dans cette nuit. En 972, l'évêque d'Auvergne reconnaît comme deuxième ville de son diocèse l'agglomération d'Aurillac qui s'est développée autour de l'abbaye fondée avant 899 par le " comte " Géraud et décide qu'à l'avenir s'y tiendront les synodes du clergé et les assemblées des grands pour la partie méridionale de l'Auvergne, amorçant ainsi la future division de la province en deux parties.

Vers la fin du XIIe siècle, pour mettre fin aux luttes féodales, Philippe-Auguste entreprit la conquête de l'Auvergne. Annexée à la couronne au début du XIIIe siècle, à l'exception du comté résiduel autour de Vic-le-Comte, du dauphiné (d'Auvergne) et du domaine épiscopal, elle fut donnée en apanage à Alphonse de Poitiers qui la conserva de 1241 à 1271.

Pour le domaine et les fiefs s'étendant sur les archiprêtrés d'Aurillac, Mauriac et Saint-Flour, Alphonse créait avant 1257 le bailliage des Montagnes.

En 1317, l'évêché de Saint-Flour était démembré de celui de Clermont.

L'habitude se prit d'appeler le pays des Montagnes le Haut-Pays ou la Haute-Auvergne.

Au XIVe siècle, la Haute-Auvergne eut ses Etats particuliers qui se réunissaient à Aurillac ou, le plus souvent, à Saint-Flour. La division de la province en deux parties était définitivement établie.

Avec la création de l'intendance d'Auvergne (généralité de Clermont-Riom), au XVIIe siècle, la monarchie réunifia en quelque sorte la province qui perdit ses Etats et fut divisée en sept élections, dont trois, celles d'Aurillac, Mauriac et Saint-Flour, correspondirent à la Haute-Auvergne.

Mais cette tentative ne correspondait pas aux désirs des populations. Avant la réunion des Etats généraux de 1789, les délégués du Tiers suppliaient le roi de " rétablir ou accorder à chaque province des Etats… d'ordonner en conséquence que ceux du Haut-Pays d'Auvergne soient distincts et séparés de ceux du Bas-Pays ".

La création des départements en 1790 répondit à ce vœu. La Haute-Auvergne, augmentée au nord de quelques paroisses prises sur la Basse-Auvergne, devint le département du Cantal, prenant le nom de l'immense cône volcanique qui forme sa partie centrale. Les limites du Cantal, à l'est et au sud, restèrent sensiblement celles de l'ancienne province. Aurillac et Saint-Flour se disputèrent l'honneur d'en devenir la capitale. La Constituante, pour les mettre d'accord, institua un système d'alternat ; mais Aurillac l'emporta définitivement en 1794.

Le nouveau département comprit quatre districts : Aurillac, Mauriac, Murat et Saint-Flour. Transformés par la suite en arrondissements, ils devaient subsister sous leur nouvelle domination jusqu'en 1926, date à laquelle l'arrondissement de Murat disparut pour être annexé à celui de Saint-Flour. Les quatre districts de 1790 comprenaient 20 cantons et 273 communes. Les trois arrondissements actuels sont subdivisés en 27 cantons et 260 communes.

Lors du Concordat de 1801, le siège de l'évêché fut conservé à Saint-Flour. Le nouveau diocèse comprit alors les départements du Cantal et de la Haute-Loire. En 1823, il fut réduit au seul Cantal.

Naissance des archives départementales :

En même temps qu'elle faisait table rase des institutions du passé, la Révolution créa "la première centralisation moderne des archives".

A l'échelon départemental, la Constituante ordonnait de déposer aux chefs-lieux des districts tous les papiers provenant des administrations supprimées, des communautés religieuses, des corporations ainsi que des émigrés, non dans un but historique il est vrai, mais afin de faciliter la tâche des services, notamment ceux des domaines et des finances. Tout ce qui présentait un caractère judiciaire devait aller au tribunal du district.

Un principe nouveau était acquis, celui de la mise à la disposition des citoyens des archives devenues le bien de la nation. Le 27 décembre 1792, le conseil du département enjoignait à celui de la commune de Siran de tenir des séances publiques et d'avoir "un local sûr et commode pour les archives, afin que chaque habitant puisse en prendre connaissance" (ADC, L 24).

On sait très peu de choses sur les transferts d'archives dans les différents districts du Cantal. Quand ils se firent - et ce fut parfois un bien qu'ils n'aient pas été faits - ce fut vraisemblablement dans le plus grand désordre. Une délibération du directoire du district de Saint-Flour en date du 2 mars 1792 décrit fort bien une situation qui dut être générale : "Plusieurs communautés n'ont encore remis aucun titre ou du moins très peu de titres au directoire… La majeure partie des titres remis au district l'ont été sans aucun inventaire des curés, corps et communautés religieuses ou municipalités… Les occupations multiples et sans nombre dont le directoire est surchargé ne lui ont permis jusqu'à ce jour d'employer aucun commis de ses bureaux à l'inventaire de ces mêmes titres… Il est impossible aux commis et même aux administrateurs de déchiffrer la majeure partie des titres réunis tant ils sont vieux." (ADC, L 594, 2 mars 1792).

Aussi les districts, débordés par l'ampleur de la tâche, pressaient-ils le département de les autoriser à recruter des archivistes. Le département consultait Paris sur l'opportunité de ces nominations "pour mettre en ordre les différents titres déposés aux secrétariats de ces districts établissant les droits acquis par la nation et en former un inventaire" (L 24, 9 décembre 1793). On reconnaît bien là les préoccupations domaniales du temps. Aussi les premiers archivistes paraissent avoir été pour la plupart des experts-géomètres ou arpenteurs, anciens feudistes.

De son côté le conseil du département organisait ses archives. Il rappelait le 25 décembre 1793 aux directoires des districts qu'ils étaient chargés de "faire dresser inventaire des registres de baptêmes, mariages et sépultures déposés aux greffes des tribunaux pour être transportés aux archives du département" (L 29, 25 décembre 1793).

La loi du 17 juillet 1793 qui supprima sans indemnité les droits féodaux et redevances seigneuriales et ordonna le brûlement de tous les titres les concernant, dut être accueillie avec soulagement par ces archivistes improvisés, désarmés devant les papiers qui s'amoncelaient.

Le conseil du département reconnaît le 18 brumaire an III (8 novembre 1794) que "la plupart des titres ci-devant féodaux ont été brûlés en exécution de la loi du 17 juillet 1793". Cependant "considérant que dans le département du Cantal il existait un ci-devant présidial, plusieurs ci-devant bailliages, une infinité de tribunaux de justice ci-devant seigneuriaux, plusieurs greffes supprimés et quelques bibliothèques de moines", il estime qu'en application de la loi du 7 messidor an II (25 juin 1794) votée par la Convention et prescrivant un triage général de tous les papiers devenus propriété nationale, et "pour faire un bon triage et parvenir à des découvertes utiles" il conviendrait de nommer six préposés à ce travail (L 30, 18 brumaire an III).

Ces spécialistes n'eurent heureusement pas le temps d'achever leurs éliminations.

La constitution de l'an III supprima les districts. La loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796) ordonna le transfert au chef-lieu de tous les titres appartenant à la République. C'est autour de ce noyau, auquel sont venus s'ajouter successivement et continuent à s'ajouter chaque jour les papiers des administrations nouvelles, que se sont constituées les archives départementales telles que nous les connaissons aujourd'hui, assurant ainsi la continuité à travers la succession des régimes et des hommes.

Cependant, dans le Cantal comme ailleurs, la loi ne fut qu'imparfaitement exécutée et les papiers judiciaires demeurèrent dans les districts où, par la suite, ils furent recueillis par les tribunaux d'arrondissement.

Pour la partie réunie au chef-lieu, il est vraisemblable que le désordre ne fit que s'accentuer, car la loi avait omis de prévoir un personnel compétent. Les titres s'entassèrent à Aurillac, dans les anciens bâtiments des religieuses de Notre-Dame, près de l'actuel théâtre, occupés depuis peu (13 janvier 1796) par l'administration du département, ou dans les magasins en dépendant. De la longue période d'incurie qui succéda à ce rassemblement, l'annaliste Lakairie a donné un bon aperçu : "On m'a dit aujourd'hui, écrit-il le 2 avril 1810, que le préfet avait fait vendre comme papiers inutiles presque tous les papiers provenant du chapitre de Saint-Flour, envoyés dans le temps à l'administration du département qui les entassa sans aucun ordre. Lorsque le préfet succéda à cette administration, on les fit transporter dans une salle du ci-devant couvent de la Visitation où ils ont été à la discrétion de tous ceux qui ont voulu y fouiller. On en trouvait dans toutes les boutiques d'épiciers, etc. Enfin on les a vendus au papetier. On a conservé quelques terriers, mais tout avait été pillé et on n'a pris aucun soin d'extraire ce qui pouvait servir à l'histoire du pays. Ainsi ont été traités toutes les archives et dépôts de titres et de livres..." (publié par Gabriel Esquer, Inventaire des archives communales de la ville d'Aurillac antérieures à 1790, t. 2 (Aurillac, 1911, p. 325).

En septembre 1811, le préfet, baron de Lachadenède, s'installait dans la nouvelle préfecture incomplètement achevée.

Les bureaux l'y avaient précédé en 1806, l'archiviste Henry et une partie des archives en 1807 (nomination par arrêté du 1er décembre 1807 ; ADC, 4 K 2). Il est probable que les abus signalés par Lakairie se produisirent lors du rassemblement définitif des archives dans les nouveaux locaux de la préfecture où elles devaient rester jusqu'à 1880.

L. Bouyssou, " La préfecture du Cantal. Histoire d'une construction ", dans Revue de la Haute-Auvergne, 1952-1953, p. 466-472.

L'œuvre du XIXe siècle :

On n'entend plus dès lors parler officiellement d'archives jusqu'à 1829, date à laquelle le préfet du Cantal, répondant à une circulaire du ministre lui demandant de lui faire connaître "les mesures prises à diverses époques pour la conservation des archives de ce département", déclare que ses archives sont purement administratives et ne présentent "rien d'intéressant pour la science et l'histoire". Il n'existe d'ailleurs ni catalogue ni répertoire, cependant "la confection d'un catalogue par ordre alphabétique et de matière pour les pièces qui présentent le plus d'intérêt paraît nécessaire. Il a été prescrit à l'archiviste actuel de s'occuper de ce travail… Les archives de la préfecture ne laissent rien à désirer sous le rapport du local qui est très vaste, bien aéré, bien tenu et loin de tout point de contact avec ce qui pourrait faire craindre un incendie... Les archivistes qui se sont succédés étaient attachés comme chefs de bureau à la préfecture, ils n'ont point eu de traitement spécial comme archivistes, mais il leur était accordé annuellement une indemnité de 300 à 600 F selon l'importance des travaux d'ordre auxquels ils se sont livrés." Le titulaire est alors M. d'Ouvrier, dont un autre document nous apprend qu'il est également préposé à la délivrance de tambours et de casques pour la Garde nationale.

Avant de rédiger son rapport, le préfet avait mené une enquête dans le département, à l'occasion de laquelle les sous-préfets lui avaient signalé, à Murat, la présence de terriers ayant échappé au feu, car ils correspondaient à des terres affermées, et à Mauriac "d'archives particulières" chez M. Deribier, dont les recherches devaient aboutir à la publication du Dictionnaire (…) statistique du Cantal au milieu du siècle. Il n'y avait rien d'intéressant à Saint-Flour et à Maurs, la plus grande partie des titres de l'abbaye avait été brûlée en 1793, le reste ayant été transporté à Aurillac (ADC, 3 T 1).

A partir de 1836, grâce à la série des rapports du préfet au conseil général, il est plus facile de suivre l'évolution des archives départementales. On y peut déceler leur accroissement lent et continu par strates successives, accumulées au fil des années comme des couches géologiques, ainsi que le travail long, patient et obscur de plusieurs générations, qui a permis de les transformer en service organisé. C'est l'époque aussi où l'on assiste à un renouveau général de l'histoire nationale. Dès 1821 est créée l'Ecole des chartes puis Guizot fonde le Comité des travaux historiques, tandis que partout en Europe, "sous l'influence conjointe du goût romantique et des passions nationalistes", se développe un mouvement en faveur des études historiques. L'histoire de ce Comité a été étudiée par un Aurillacois, Xavier Charmes, Le Comité des travaux historiques et scientifiques (Histoire et doc.), Paris, 1896, 3 vol. de la Collection des documents inédits sur l'Histoire de France (cote ADC : 1 BIB 541).

Tout naturellement les esprits se tournent vers les sources d'archives.

Depuis 1834 le préfet a fait entreprendre un "dépouillement extraordinaire" des archives, confié à plusieurs employés. "Le classement des papiers est fort avancé, écrit-il en 1836, ce qui rend faciles les recherches que l'on est obligé d'y faire journellement. Il existe maintenant de l'ordre dans les papiers, tandis que c'était auparavant un vrai dédale dans lequel il était impossible de se reconnaître."

Cet "important travail" terminé en 1837 entraîna une vente de papiers inutiles, dont le montant servit à donner une gratification à l'équipe qui l'avait mené à bien.

Peu après, en 1839, apparaît pour la première fois dans l'Annuaire du Cantal un archiviste du département en titre, M. G. Marlhiou, titulaire de la croix de Juillet. Gabriel Marlhiou avait été nommé secrétaire général de la préfecture du Cantal par ordonnance royale du 4 octobre 1830. Il prêta serment le 1er novembre 1830 (ADC, 1 M 7 et 10). Ayant eu des difficultés familiales, il avait sollicité un congé et il est probable que cette nomination ne lui fut qu'un moyen commode pour rentrer dans l'administration, car l'année suivante le même annuaire le mentionne comme sous-chef de la 1e division. Le 25 novembre 1841, G. Marlhiou était nommé chef de la 1ère division. Il devait le rester jusqu'en 1866. En 1869 il reparaît au secrétariat général comme chef de division honoraire.

Cette création de poste fut vraisemblablement motivée par l'application de la loi du 10 mai 1838 qui mit la conservation des archives départementales à la charge des conseils généraux alors qu'auparavant elle devait être payée sur le fonds d'abonnement, crédit mis par l'Etat à la disposition du préfet pour ses frais de personnel et de bureau et à peine suffisant pour les besoins courants. Peut-être aussi eut-on l'idée de confier les archives à Marlhiou parce qu'à l'époque où il était secrétaire général, elles faisaient partie de son service avec la "législation" et le "visa des passeports", avant de passer, en 1834, dans celles du 3e bureau dont le chef était M. d'Ouvrier.

Quoi qu'il en soit, le précédent était créé. Par arrêté du 12 octobre 1840, le préfet nommait conservateur des archives Joseph-Marie Audin, ancien employé de la préfecture. Audin était aussi imprimeur-lithographe et on lui doit un certain nombre de gravures connues. Il occupa le poste jusqu'à sa mort à Aurillac le 26 octobre 1850. Son acte de décès porte "conservateur des archives de la préfecture, imprimeur, lithographe et libraire".

C'est à lui qu'il revint d'appliquer les Instructions pour la mise en ordre et le classement des archives du ministre de l'intérieur en date du 24 avril 1841, œuvre du grand érudit Natalis de Wailly, et sur lesquelles reposent encore l'organisation des archives françaises, à partir du principe intangible du respect des fonds répartis eux-mêmes dans des groupes déterminés appelés séries. "M. Audin, note le préfet dans son rapport de 1842, continue à s'occuper avec activité du classement des pièces que renferme ce dépôt. A mesure que son travail avance, les recherches deviennent plus faciles." Et en 1843 : "Le travail d'ordre a été terminé dans le courant du mois de novembre, depuis, l'archiviste s'est occupé du classement méthodique par série et par fonds."

Cependant le conseil général refuse les crédits demandés pour l'amélioration du local des archives situé "dans les combles de l'hôtel de la préfecture", notamment l'achat d'un poêle "dans la crainte du danger d'incendie".

La même année paraît au Recueil des actes administratifs un "Règlement pour les archives départementales" indiquant les heures d'ouverture au public.

A la session de 1848, le préfet annonce que les inventaires des archives antérieures à 1790 sont achevés. "Ceux des archives postérieures à 1790 sont presque terminés... Le dépouillement des archives anciennes a exigé beaucoup de temps par l'étude qu'il a fallu faire des anciens titres sur parchemins". Le fonds des domaines nationaux "a été divisé en plusieurs liasses portant chacune le nom des familles et des congrégations religieuses qui ont été dépossédées par la nation."

En octobre 1850, Joseph-Marie Audin meurt après une longue maladie qui l'avait forcé d'interrompre son service "déjà depuis longtemps". Son successeur, Aymar, n'est nommé qu'en août 1851 et entre temps, l'incurie s'était à nouveau installée aux archives. "J'ai trouvé les archives départementales, note le préfet en 1852, dans le plus grand désordre. Le local où elles sont situées, mal éclairé et impossible à chauffer pendant l'hiver, n'a pas permis que les travaux de classement fussent entrepris avant le commencement du printemps dernier."

Dans le courant de l'année 1853, l'archiviste se rend à Paris "pour y subir les examens exigés par les règlements" en même temps qu'il est chargé de l'inspection des archives communales. Il semble qu'Aymar ait pris cette nouvelle fonction très au sérieux. Il consacre deux ans à la visite des archives des communes de l'arrondissement d'Aurillac. En 1857, il ne lui reste qu'un arrondissement à parcourir, celui de Saint-Flour.

A Aurillac, il se plaint du manque de place et des travaux d'agrandissement du local sont entrepris, mais, malade et âgé - il avait 62 ans passés lors de sa nomination - il meurt avant qu'ils ne soient terminés, en 1861.

Son successeur, M. Dacier, "homme aussi distingué par ses connaissances spéciales que par son zèle et son activité", eut à faire face à d'importantes réintégrations de documents provenant des sous-préfectures. Pour accueillir les versements des greffes et les minutes notariales antérieures à 1790, il tenta d'obtenir un local plus vaste.

En 1864, en application de la circulaire du 20 janvier 1854 qui prescrivait la rédaction des inventaires des différents fonds, il faisait paraître le premier inventaire cantalien, celui de la série C, aujourd'hui périmé.

Apprécié par l'inspecteur général et le ministère, il quitta le Cantal en mars 1866 pour aller remplir les fonctions d'archiviste des Deux-Sèvres.

Ses deux successeurs immédiats, les deux premiers archivistes-paléographes, anciens élèves de l'Ecole des chartes (le décret du 4 février 1850 avait imposé l'obligation de nommer aux postes d'archivistes des anciens élèves de l'Ecole des chartes), appelés à occuper le poste, ne firent que passer. C'étaient de très jeunes hommes, sortis respectivement de l'Ecole en 1866 et 1867 et leur passage marqua moins le dépôt que leur originale personnalité et la destinée peu commune qui les attendait.

Jules Doinel qui arriva en avril 1866 devait, vers la fin du siècle, fonder l'Eglise gnostique dont il devint l'évêque. Pendant son court séjour aux archives du Cantal, il continua les travaux de ses prédécesseurs tout en taquinant la muse. On lui doit une "cascatelle" en vers, en quatre tableaux, Les dieux à Aurillac, destinée à commémorer l'arrivée du chemin de fer (la gare d'Aurillac fut inaugurée le 11 novembre 1866). Parmi les personnages mis en scène figuraient entre autres le Plomb du Cantal, la voie ferrée et les messageries d'Aurillac à Murat.

Roger Peyrefitte, dans "Les fils de la lumière" (Paris, Flammarion, 1961), présente méthodiquement la franc-maçonnerie française. Ce roman, dont l'intrigue est inexistante, raconte de manière enlevée les tenants et aboutissants des loges. Il indique par exemple que la loge d'Aurillac " 'intitule Les Amis du gouvernement, pour se mettre à l'abri des orages de la politique" (p. 116). Ailleurs, il raconte comment Léo Taxil invente le personnage de Diana Vaughan, maçonne luciférienne convertie : "un maçon apostat nommé Doinel, qui racontait de quelle manière l'impure déesse Isis l'avait frôlé lascivement dans une loge Isis (…) se lança à travers la France pour découvrir Diana Vaughan dans le monastère où elle fuyait la vengeance des maçons" (p. 27).

Emile Maupas était curieux des choses de la nature. Pendant ses loisirs, il étudiait les algues. Un pharmacien d'Aurillac, Jean-Baptiste Rames, géologue connu par ses travaux et ses recherches, lui conseilla de se tourner vers les protozoaires. Maupas se livra à leur étude pendant 45 ans et devint le "prince des protozoologistes".

Pendant son séjour aurillacois, de 1867 à 1870, il fit entrer aux archives les papiers provenant de l'élection d'Aurillac et s'attacha à l'analyse des titres de famille de la série E. "Grâce au zèle intelligent du nouveau titulaire, annonçait le préfet en 1868, 500 diplômes appartenant à la série E ont été analysés et cotés". Mais le local des archives est trop exigu, les liasses s'entassent par terre, "cela milite en faveur de la construction prochaine de l'aile latérale de la préfecture".

Charles Aubépin, nommé archiviste en 1870, quitte le Cantal dès juin 1871. Les archives sont laissées à nouveau à l'abandon pendant plus d'un an, avant que ne soit nommé en juillet 1872 un jeune chartiste, Camille Rivain, qui n'avait pas encore soutenu sa thèse. C. Rivain fut nommé archiviste-paléographe en 1873 avec une thèse sur le consulat d'Aurillac qu'il publia en 1874, Notice sur le consulat et l'administration consulaire d'Aurillac, 185 p (cote ADC : 2 BIB 5160).

Bien entendu, il trouva le dépôt dans le plus grand désordre, s'attela au triage des papiers inutiles, fit quelques classements et s'en alla en juin 1874, permutant avec Charles Aubépin qui revint s'installer à Aurillac où il resta jusqu'en 1898.

On ne sait rien ou peu de choses sur Charles Aubépin, mais sa présence d'un quart de siècle à la tête des archives du Cantal lui a permis de mettre sur pied un début d'organisation qui servit en quelque sorte de rampe de lancement à ses successeurs, une politique concertée et suivie valant parfois mieux que de brillantes qualités qui n'ont pas le temps de s'exercer.

Ses rapports donnent une bonne impression d'ensemble. Longs et circonstanciés, ils ne manquent pas de vues justes. On y trouve une mine de renseignements sur les archives communales et hospitalières qu'il a eu le temps d'inspecter.

Dès 1876 il se plaint de l'exiguïté du local et, revenant à la charge tous les ans, obtient en 1880 le transfert des archives dans les combles du palais de justice. C'était loin d'être l'idéal, mais il y avait de la place et l'archiviste put faire rentrer notamment une masse de minutes de notaires, la plus grande partie des documents judiciaires antérieurs à 1790, ceux de la collégiale de Murat, des acquisitions judicieuses poursuivies avec un flair certain (celle du fonds Cambefort de Mazic par exemple), ainsi que de nombreux dons qu'il savait habilement provoquer.

En même temps, il créait la bibliothèque historique, amorçait l'inventaire de la série E et obtenait, après de multiples tractations, l'aide d'un auxiliaire temporaire.

A son départ, le conseil général qui le considérait comme un "fonctionnaire modèle" le nommait archiviste honoraire "pour lui témoigner sa satisfaction".

Roger Grand et Gabriel Esquer : le vrai départ

"Par une nuit d'août 1898... un jeune archiviste frais émoulu de l'Ecole des chartes, habitué jusqu'alors aux vastes plaines liquides de la mer bretonne, s'endormait dans le train qui, de Paris, l'emmenait vers Aurillac. Le hasard d'une vacance administrative lui avait fait attribuer la garde des documents où gît l'histoire de la Haute-Auvergne". Ainsi, trente ans plus tard, Roger Grand rappelait-il avec son éloquence aimable son arrivée à Aurillac. Il n'y resta que cinq années, mais elles marquèrent profondément les archives et la vie culturelle du département.

Dès son arrivée, il obtint un cabinet de travail décent au premier étage du palais de justice - l'étage des magistrats - et grâce à ses doléances mordantes sur le local affecté aux archives, il prépara leur transfert dans un immeuble que venait d'abandonner l'administration des P.T.T. à l'angle de la place de la préfecture.

En décembre 1898, il créait la première société savante cantalienne, "La Haute-Auvergne", dont le siège est désormais au 12, rue Arsène Vermenouze, et alimentait de nombreux articles la revue qu'elle commençait à publier et qui, depuis, a souvent eu pour directeur de publication ou secrétaire de rédaction l'archiviste du Cantal.

Roger Grand continuait l'inventaire de la série E et le dépouillement des archives communales d'Aurillac, tandis qu'il poursuivait la politique des dons et réintégrations amorcée par son prédécesseur, que lui facilitait une extraordinaire audience locale acquise en très peu de temps.

Très attaché au Cantal, dont plus tard, devenu professeur à l'Ecole des chartes, sénateur et membre de l'Institut, il parlait encore avec émotion, il poursuivit bien après son départ ses travaux d'histoire cantalienne, ainsi son magistral ouvrage sur les Paix d'Aurillac, paru en 1945, ou son ouvrage sur le château et la famille d'Anjony.

Dès son arrivée à Aurillac en 1903, Gabriel Esquer recueillait les fruits du talent de son prédécesseur. Les archives étaient aménagées dans le nouveau local où elles devaient rester jusqu'en 1957 et un auxiliaire permanent leur était affecté.

Esprit brillant, ancien secrétaire du théâtre des Mathurins, Gabriel Esquer manifesta lui aussi en cinq ans une activité débordante. Il fit paraître l'inventaire de la série E commencé trente ans plus tôt, celui de la série C, celui des archives communales de la ville d'Aurillac et amorça le premier tome de la série L. On lui doit la réintégration de la plupart des cahiers de doléances et le transfert après 1905 des archives de l'évêché et du chapitre de Chaudes-Aigues.

Gabriel Esquer participait à toutes les activités culturelles, devenant tour à tour critique d'art, critique littéraire, polémiste, sans abandonner pour cela ses recherches érudites. Il quittait Aurillac pour Alger au début de 1909.

Ernest Delmas et Léonce Bouyssou : deux Cantaliens au service des Archives du Cantal

En février 1909 arrivait Ernest Delmas, Cantalien d'origine, qui devait rester quarante années archiviste du département et devenir une personnalité unanimement appréciée.

Il reprenait aussitôt le classement et le dépouillement des fonds révolutionnaires et en publia très vite un répertoire et un premier volume d'inventaire.

Pour intégrer commodément les dons et acquisitions il créa une série F intitulée Mélanges (aujourd'hui close et suivie de la série J), amorça le classement des minutes notariales, des papiers concernant les biens nationaux ainsi que de certains fonds judiciaires anciens.

Mais ce dont il faut être le plus reconnaissant à Ernest Delmas, c'est d'avoir osé s'attaquer aux archives "modernes", autrement dit aux versements provenant des diverses administrations depuis le début du XIXe siècle, négligés par ses prédécesseurs. Il organisa cette masse informe, créant les différentes séries prévues par le cadre de classement de 1841 : à son départ en 1949 elles étaient toutes accessibles grâce à des répertoires topographiques que l'on utilisa jusqu'à la mise en service des fichiers actuels. Il reçut en 1926, à l'occasion de la réforme des tribunaux, d'importants versements judiciaires et, manquant de place, obtint la création d'une annexe dans les anciens locaux des archives au palais de justice.

Grâce à ces vastes travaux de classement poursuivis pendant des décennies - sauf l'interruption de la guerre de 1914-1918 - il était plus facile à son successeur, Mlle Léonce Bouyssou (décédée en 2004), d'abord bibliothécaire à la Bibliothèque nationale puis à Carpentras, d'y voir clair. La tâche était dès lors de les perfectionner avec l'aide d'un personnel, certes encore insuffisant, mais plus nombreux, et de passer au stade d'une information plus méthodique, ce qui fut facilité par les installations fonctionnelles du nouveau dépôt ouvert au public en 1957, au bout de la rue du 139e régiment d'infanterie, en bordure du haras et de la cité administrative installée dans les casernes désaffectées après 1919.

Plusieurs instruments de recherche ont été menés à bien, soit imprimés (t. 2 de la série L, séries G, M et S), soit dactylographiés (séries V, T, B, Q, fonds Jean Delmas), les fichiers et index ont été multipliés.

Les trois décennies d'administration de Mlle Bouyssou (1949-1982) furent celles qui virent le passage des services d'archives départementales du temps de l'érudition confidentielle à faibles coûts et moyens à celui de la gestion de versements massifs d'archives contemporaines et de l'accueil d'un public usager régulièrement plus nombreux et divers. La nouvelle salle de lecture des Archives départementales, ouverte au public en 2006, porte son nom en hommage à son travail et à sa personne.

Depuis 1982 : extension des bâtiments, accroissement des fonds, informatisation

Mlle Catherine Marion, de 1982 à 1989, sut sensibiliser l'autorité départementale, chargée des archives départementales de par la loi de juillet 1983, à la nécessité d'aménagements progressifs destinés à assurer aux usagers des lieux de recherche plus vastes, puis à celle d'un doublement de la capacité de stockage du dépôt (de 9,5 à 19 km linéaires), au moyen d'une construction neuve élevée de 1987 à 1989. Le personnel y trouva des locaux de travail adaptés à l'exécution de ses missions de traitement des archives tant contemporaines que modernes et anciennes.

Jean-Eric Iung, de 1990 à 2003, déploya une action très énergique de collecte, de classement et d'inventaire des archives publiques (notaires, communes, administrations de l'Etat) comme privées (Vacher de Tournemine, La Ronade, Ribier), anciennes (série H) comme modernes. L'informatisation du service, à partir de 2000, améliora la gestion des magasins et de la salle de lecture. Une active politique d'exposition et de publication augmenta le rayonnement intellectuel des Archives départementales.

En 2004, l'intégration aux Archives du Centre Joseph-Canteloube permit d'ouvrir une section d'archives audiovisuelles. L'ouverture au public de la nouvelle salle de lecture, dotée de 40 places et située en rez-de-jardin, répond aux besoins des chercheurs.

L'objectif du Guide virtuel auquel le présent texte sert d'introduction est de donner accès aux internautes à une salle de lecture virtuelle, ouverte sans interruption, où ils seront susceptibles de préparer leurs recherches grâce aux instruments de recherche at de commencer, grâce aux documents numérisés.

Finding aids

Liens

Publication note

Bibliographie

P. Charbonnier, Histoire de l'Auvergne des origines à nos jours (Haute et Basse-Auvergne, Bourbonnais et Velay), Clermont-Ferrand, 1999 (cote ADC : 8 BIB 1987).

Cantal. Hautes terres d'Auvergne, 1998 (Encyclopédies Bonneton)

Dictionnaire statistique du Cantal, t. 2 (1853), p. 437 à 564 (usuel).

Histoire de l'Auvergne publiée sous la direction d'André-Georges Manry, Toulouse, 1974, avec une importante bibliographie (cote ADC : 8 BIB 790).

M. Boudet, Cartulaire du prieuré de Saint-Flour, Monaco, 1910 (cote ADC : 1 BIB 906).

A. Bruel, Pouillés des diocèses de Clermont et de Saint-Flour du XIVe au XVIIIe siècle, Paris, 1882 (cote ADC : 2 BIB 549).

B. Faucher, Formation et organisation du département du Cantal, Aurillac, 1912 (cote ADC : 2 BIB 5527).

G. Saige et E. de Dienne, Documents historiques relatifs à la vicomté de Carlat, Monaco, 1900, 2 vol. (usuel).

R. Monboisse, L'ordre féodal des " Montagnes d'Auvergne " du XIIe au XVe s., Aurillac, 1966 (usuel).

E. Amé, Dictionnaire topographique du Cantal, Paris, 1897 (usuel).

L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle [texte imprimé] : la fin du monde antique? / Christian Lauranson-Rosaz. Le Puy, Les cahiers de la Haute-Loire, 1987. (Cote ADC : 8 BIB 1335).

Extent

228

Genre of the material

Document d'archives

Keywords

Descripteurs

Genre of the material:

Recherche détaillée

Content provider

Archives départementales du Cantal

Rate this content

Was this content helpful? Let Archives Portal Europe and the archival institution know what you think.

Add feedback

Contact this institution

We aim at getting back to you as soon as possible to help you with your request. Feedback is sent directly to the institution holding this material and should preferably be submitted in English or in the language of the institution, if possible - if not, we also have our translation tool

Not all required fields have been filled in.

Full name*

Your full name is required

Email address*

Your email address is required

Your message*

A message is required

Archives Portal Europe help guide

Please select amongst the relevant tips we can help with. If you still have questions, please do not hesitate to contact us, and we will be in touch as soon as possible.

Starting your search here will include all content available in Archives Portal Europe. Simply enter your keyword(s) and hit the search button. Wrap fixed expressions in quotation marks, e.g. “French Revolution”. Check the box to “Search each term separately” in case you are looking for documents containing at least one word, but not necessarily all keywords; this will also allow you to search for the same term in multiple languages at the same time (e.g. “French Revolution” “Révolution Française”). You can also use wildcards - find more about Research Tools here. If you would like to use more specific settings, try our Advanced search

The additional advanced search options give you the possibility to focus your search in:

  • archival documents (Search in archives),
  • names of person and organisations that created, worked with and maintained these documents (Search in names),
  • Institutions currently holding the documents (Search in institutions).

When searching with multiple terms at the same time, wrap fixed expressions in quotation marks (e.g. "French Revolution"), or check the box "Search each term separately" in case you are looking for either one term of the other. This will also allow you to search for the same term in multiple languages (e.g. "French Revolution" "Révolution française"). You can also choose one of the suggestions matching your search term once you start typing.

This will only show results that include documents that have been digitised and are available online

Use this option to search only one or more keywords, rather than all of them

Select where your search terms should appear specifically inside the archival description:

  • Title: search terms will appear in the title, or name, of the description
  • Content Summary: search terms will appear in the main description of the document or of the collection
  • Reference code: it is the identifier of the archival material as provided by the institution. Use this option if you know the exact reference code of the material you are looking for

You can filter results by selecting where your search terms appears specifically inside the archival description:

  • The name can be the full name of a person, family or organisation as well as only parts of it, e.g. only the last name.
  • The identifier is used internally by the institution or refers to (inter)national vocabularies such as the Virtual International Authority File (VIAF).
  • The place can be the place of birth (or foundation), the place of death (or closing), the place of work or any other place of importance.
  • The occupation is the profession or job of a person.
  • The mandate is a law, directive or charter that establishes and defines an organisation's powers, functions, responsibilities or sphere of activities.
  • The function is an activity, role, or purpose performed or manifested by a person, family or organisation.

You can filter results by selecting where your search terms appears specifically inside the description of the archive:

  • Name: search term appears in the name of the institution. It can be the full name of an archival institution or only parts of it.
  • Place: search term appears in the address or area of the institution. It can be the city or town, where the archival institution is located or any other place of importance (e.g. previous locations)

  • A finding aid is a structured description of archival materials per collection or fonds, up to item level.
  • A holdings guide is an overview of the collections and fonds of one archival institution.
  • A source guide is a topic-oriented overview of collections and fonds of one or several institutions.
    You can filter by one or more entity types:
  • A person (e.g. John Locke, or Jean Jaques Rousseau);
  • A family (e.g. Bonaparte, or Helgason);
  • A corporate body, i.e. the name of an institution, organisation, or company (e.g. Ministerie van Justitie, or Electro Mecánica Antonio Armentano)

Please note that this filter will only include institutions, for which a type has been provided as part of their descriptions:

  • A business archive holds the records of (often) commercial organisations.
  • A church or religious archive holds the records of church parishes or religious organisations, e.g. birth or death registers.
  • A county or local authority archive holds the records of the county's administrative bodies.
  • A media archive holds audiovisual or sound records, e.g. a film archive or the archive of a broadcasting company.
  • A municipal archive holds the records of a town or city administration.
  • A national archive holds the records of a country's administrative bodies, i.e. from ministries and other public bodies, sometimes also private papers of former ministers, chancellors, or presidents.
  • A private person or family archive holds the records forming the legacy of a prominent person or family.
  • A regional archive holds the records of a region's administrative bodies.
  • A specialised governmental archive holds records of public bodies, often operating on a national level, that are not part of the national archives' holdings.
  • A specialised non-governmental archive or archive of another cultural heritage institution hold collections from various cultural heritage institutions, eg. museum archives, libraries archives, etc
  • A university archive or archive of another research organisation holds the records pertaining to the administration of the according educational or research body.
  • Political parties, popular/labour movements and other non-governmental organisations, associations, agencies and foundations hold the archival collections of these institutions, outside of governmental records and outside of business archives (e.g., NGOs)

Enter a start and/or end date in the format DD-MM-YYYY, i.e. 01-01-1900 for 1 January 1900. This will allow you to focus your search on a specific period of time. You can use the calendar function or type directly in the text field. The checkbox "Exact date search" concentrates the search on one specific date.

Check "View in context" to view the results in the hierarchical structure of archives.

  • Choose "List view" to view the results in a simple list, ordered according to relevance or date
  • Choose "Context view" to view the results in the hierarchical structure of the holding archives.

For more details see Research Tools

Please sign in to save your searches.

A holdings guide is an overview of the collections and fonds of one archival institution.

A finding aid is a structured description of archival materials per collection or fonds up to item level.

You can filter results by selecting one or more countries of interest. You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can filter results by one or more holding archival institutions. You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can select to view results from a specific Finding Aid, i.e., a structured description of archival materials per collection or fonds up to item level. You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can filter by type of descriptive document:

  • "Holdings Guide": an overview of the collections and fonds of one archival institution.
  • "Source guide": a topic-oriented overview of collections and fonds of one or several institutions. a description of the archival collections available. Similar to Holdings guides
  • "Finding aid" provides more detailed descriptions of the archival materials of specific collections or fonds

You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can filter results by selecting "Fonds description" for a general overview or "Other descriptions" for item level. You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can filter results by selecting only those containing digital objects, i.e. the link to the digitised version of the archival material you are looking for. You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can filter results by type of digital object you are interested in:

  • Text: most documental material, such as administrative records, letters, manuscripts etc.
  • Image: includes photographs, posters, maps.
  • Sound: sound recording with no images
  • Video: moving images with or without sound
  • Unspecified: indicates that the holding institution has not specified the type of digital object
  • 3D: 3-d digital objects

You can also combine this filter with other filters. Your filter selection will appear above. Click "Clear filters" to see all results matching your initial search request again.

You can filter results based on the date of creation of the archival material (which may differ from the time period you are interested in - e.g., philosophers from the Enlightenment period reflecting on classic thinkers)

  • Full dates includes normalised date information available for date-based searches. It is recommended to combine this selection with the filters "Start timespan" and "End timespan" for more details.
  • Only descriptive dates provides the date information in human-readable format.
  • No date either includes documents where the creation date is unknown, or where date information is not in a machine-readable format

Please note that not all documents contain a machine-readable date. More information here

You can filter results based on the date of creation of the archival material (which may differ from the time period you are interested in - e.g., philosophers from the Enlightenment period reflecting on classic thinkers). This filter will only include materials with "Full dates", i.e. those that include date information available for date-based searches. You can either search for a specific date of interest or focus step by step on the time span of a century, decade, year or month. When searching for a specific date, enter the date in the format DD-MM-YYYY, i.e. 01/01/1900 for 1 January 1900, via the calendar function or by typing directly in the text field.
This filter concentrates on the earliest dates mentioned in the materials.

You can filter results based on the date of creation of the archival material (which may differ from the time period you are interested in - e.g., philosophers from the Enlightenment period reflecting on classic thinkers). This filter will only include materials with "Full dates", i.e. those that include date information available for date-based searches. You can either search for a specific date of interest or focus step by step on the time span of a century, decade, year or month. When searching for a specific date, enter the date in the format DD-MM-YYYY, i.e. 01/01/1900 for 1 January 1900, via the calendar function or by typing directly in the text field.
This filter concentrates on the latest dates mentioned in the materials.

You can filter results based on the language in which the material is written. Please note that this filter will only include materials where specific language information has been provided by the institution and is therefore in a machine-readable format. You can also combine this filter with other filters. Your selection will then be displayed above the search results (see "Search filters"). Clicking "Clear filters" will remove your selection and you will see all results matching your initial search request again.



You can filter results by selecting one or more topics of interest. Please note that this filter will only include materials where the topic has been assigned and is therefore in a machine-readable format. Read how to assign a topic to documents on the Topics page. You can also combine this filter with other filters. Your selection will then be displayed above the search results (see "Search filters"). Clicking "Clear filters" will remove your selection and you will see all results matching your initial search request again.



You can filter results by selecting where your search terms appears specifically inside the archival description:

  • The name can be the full name of a person, family or organisation as well as only parts of it, e.g. only the last name.
  • The identifier is used internally by the institution or refers to (inter)national vocabularies such as the Virtual International Authority File (VIAF).
  • The place can be the place of birth (or foundation), the place of death (or closing), the place of work or any other place of importance.
  • The occupation is the profession or job of a person
  • The mandate is a law, directive or charter that establishes and defines an organisation's powers, functions, responsibilities or sphere of activities.
  • The function is an activity, role, or purpose performed or manifested by a person, family or organisation

You can also combine this filter with other filters. Your selection will then be displayed above the search results (see "Search filters"). Clicking "Clear filters" will remove your selection and you will see all results matching your initial search request again.

You can filter results by type of entities:

  • Person (e.g., John Locke or Jean Jaques Rousseau)
  • Family (e.g., the family Bonaparte)
  • Corporate body (an institution, organisation, or company, e.g. the "Ministerie van Justitie")
You can also combine this filter with other filters. Your selection will then be displayed above the search results (see "Search filters"). Clicking "Clear filters" will remove your selection and you will see all results matching your initial search request again.

You can filter results based on the language in which the material is written. Please note that this filter will only include materials where specific language information has been provided by the institution and is therefore in a machine-readable format. You can also combine this filter with other filters. Your selection will then be displayed above the search results (see "Search filters"). Clicking "Clear filters" will remove your selection and you will see all results matching your initial search request again.

You can filter results based on the type of holding institution. Please note that this filter will only include institutions, for which a type has been provided as part of their descriptions.

  • A business archive holds the records of (often) commercial organisations.
  • A church or religious archive holds the records of church parishes or religious organisations, e.g. birth or death registers.
  • A county or local authority archive holds the records of the county's administrative bodies.
  • A media archive holds audiovisual or sound records, e.g. a film archive or the archive of a broadcasting company.
  • A municipal archive holds the records of a town or city administration.
  • A national archive holds the records of a country's administrative bodies, i.e. from ministries and other public bodies, sometimes also private papers of former ministers, chancellors, or presidents.
  • A private person or family archive holds the records forming the legacy of a prominent person or family.
  • A regional archive holds the records of a region's administrative bodies.
  • A specialised governmental archive holds records of public bodies, often operating on a national level, that are not part of the national archives' holdings.
  • A specialised non-governmental archive or archive of another cultural heritage institution hold collections from various cultural heritage institutions, eg. museum archives, libraries archives, etc
  • A university archive or archive of another research organisation holds the records pertaining to the administration of the according educational or research body.
  • Political parties, popular/labour movements and other non-governmental organisations, associations, agencies and foundations hold the archival collections of these institutions, outside of governmental records and outside of business archives (e.g., NGOs)

Write your message in your own language and use this drop-down menu to have your message translated into English or in the language of the institution for a swifter response. By checking this box and selecting a language you will send your original message along with the translated version

What kind of suggestion would you like to make?

  • Assign to topic: assign this record to one of our Topics. Topics are created following the Unesco Thesaurus
  • Suggest translation: If you have translated this archival description or the documents themselves, please send it to us as a .doc or .pdf file
  • Connect to another resource: If this object relates to another resource in Archives Portal Europe, or anywhere else on the web (e.g., an article on Wikipedia), you can suggest it to be linked to this resource
  • Other: If you have any other relevant material, such as a transcription of the document, please upload it and let us know here

This is a test area to fill out all the copyright details for Attribution Creative Commons Licence

This object is not or no longer protected by copyright and has been labelled with the Public Domain Mark. It can be used by anyone without any restrictions.

This object is made available under the Creative Commons CC0 1.0 Public Domain Dedication. All possible existing rights in the content are waived, and the object can be used by anyone without any restrictions.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution (BY) licence. You can copy, redistribute, remix, tweak, and build upon the licensed object, even commercially, as long as you attribute the rights holder as described in the licence.

This is a test area to fill out all the copyright details for Attribution Creative Commons Share Alike Licence

This is a test area to fill out all the copyright details for NoDerivs

This is a test area to fill out all the copyright details for NonCommercial

This object is in the public domain, but has been digitised as the outcome of a public-private partnership, where the terms of the contractual agreement limit commercial use for a certain period of time. You can copy, redistribute, remix, tweak, and build upon the object for non-commercial use only.

This object has been identified as an Orphan Work in the country of first publication and in line with the requirements of the national law implementing Directive 2012/28/EU of the European Parliament and of the Council of 25 October 2012 on certain permitted uses of orphan works.

You are free to use this object in any way that is permitted by the copyright and related rights legislation that applies to your use. Please note that you are responsible for your own use, including the need to obtain other permissions e.g. with regard to publicity, privacy or moral rights.

This object is in the public domain, but is subject to known legal restrictions other than copyright which prevent its free re-use. Please contact the providing institution for more information.

This object is currently in copyright. Please contact the providing institution for more information and in order to acquire additional permissions for re-use.

The copyright status of this object has not been evaluated yet. Please contact the providing institution for more information.

You are free to use this object in any way that is permitted by the copyright and related rights legislation that applies to your use. Please note that you are responsible for your own use, including the need to obtain other permissions e.g. with regard to publicity, privacy, or moral rights.

This object is currently in copyright and the rights holder(s) have allowed re-use for educational purposes only. You are free to use this object in any way that is permitted by the copyright and related rights legislation that applies to your use. Please note that you are responsible for your own use, including the need to obtain other permissions e.g. with regard to publicity, privacy or moral rights.

Please contact the providing institution for more information and in order to acquire additional permissions for any other uses.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution, ShareAlike (BY-SA) licence. You can copy, redistribute, remix, tweak and build upon the licensed object, even for commercial purposes, as long as you attribute the rights holder as described in the licence, and you license your adaptations of the object under the same terms.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution, ShareAlike (BY-SA) licence. You can copy, redistribute, remix, tweak and build upon the licensed object, even for commercial purposes, as long as you attribute the rights holder as described in the licence, and you license your adaptations of the object under the same terms.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution, No Derivates (BY-ND) licence. You can copy and redistribute the object, even commercially, as long as no alteration is made to the object and you attribute the rights holder as described in the licence.

If you remix, transform or build upon the object, you may not distribute the modified material.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution, Non-Commercial (BY-NC) licence. You can copy, redistribute, remix, tweak, and build upon the licensed object for non-commercial use only and as long as you attribute the rights holder as described in the licence.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution, Non-Commercial, ShareAlike (BY-NC-SA) licence. You can copy, redistribute, remix, tweak, and build upon the licensed object for non-commercial use only, as long as you attribute the rights holder as described in the licence, and as long as you license your adaptations of the object under the same terms.

This object is made available under the terms of the Creative Commons - Attribution, Non-Commercial, No Derivates (BY-NC-ND) licence. You can copy and redistribute the object for non-commercial use only, as long as no alteration is made to the object and as long as you attribute the rights holder as described in the licence.

If you remix, transform or build upon the object, you may not distribute the modified material.

This object is in the public domain, but has been digitised as the outcome of a public-private partnership, where the terms of the contractual agreement limit commercial use for a certain period of time. You can copy, redistribute, remix, tweak, and build upon the object for non-commercial use only.

This object has been identified as an Orphan Work in the country of first publication and in line with the requirements of the national law implementing Directive 2012/28/EU of the European Parliament and of the Council of 25 October 2012 on certain permitted uses of orphan works.

You are free to use this object in any way that is permitted by the copyright and related rights legislation that applies to your use. Please note that you are responsible for your own use, including the need to obtain other permissions e.g. with regard to publicity, privacy or moral rights.

This object is in the public domain, but is subject to known legal restrictions other than copyright which prevent its free re-use. Please contact the providing institution for more information.

This object is currently in copyright. Please contact the providing institution for more information and in order to acquire additional permissions for re-use.

The copyright status of this object has not been evaluated yet. Please contact the providing institution for more information.

You are free to use this object in any way that is permitted by the copyright and related rights legislation that applies to your use. Please note that you are responsible for your own use, including the need to obtain other permissions e.g. with regard to publicity, privacy, or moral rights.

This object is currently in copyright and the rights holder(s) have allowed re-use for educational purposes only. You are free to use this object in any way that is permitted by the copyright and related rights legislation that applies to your use. Please note that you are responsible for your own use, including the need to obtain other permissions e.g. with regard to publicity, privacy or moral rights.

Please contact the providing institution for more information and in order to acquire additional permissions for any other uses.

Return to search Make a suggestion Contact this institution