France > Archives nationales

726AP/1-726AP/18

Fonds Paul Alphandéry

Répertoire numérique de la sous-série 726AP
1893-1995
Établi par Thérèse Charmasson, avec la collaboration de Laurent Morelle
2014
Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (CRHST)
(Paris)
Français

Scope and content

Les archives de Paul Alphandéry, conservées par sa fille Hélène Gratiot-Alphandéry et confiées par elle aux Archives nationales, reflètent assez fidèlement les activités de recherche, d’enseignement et de vulgarisation de Paul Alphandéry. On n’y trouvera en revanche guère de renseignements sur ses études, sa famille et, de façon générale, sa vie privée.

Les dossiers que comporte ce fonds d’archives ont été, dans leur plus grande partie, constitués par Paul Alphandéry lui-même, au fur et à mesure de l’avancement de ses travaux. Ce classement a été généralement respecté et les titres attribués par Paul Alphandéry repris entre guillemets dans l’inventaire du fonds. Paul Alphandéry, toutefois, pour préparer certaines communications ou conférences, voire des ouvrages, a parfois constitué sur certains points des dossiers en quelque sorte « factices », en reprenant des éléments de dossiers antérieurs. Dans un certain nombre de cas, il a paru préférable de replacer les dossiers ainsi déplacés à ce qui semblait leur place initiale. Cependant, ces « déclassements » et « reclassements » ont été signalés en note dans l’inventaire. En outre, nous donnons en annexe l’intitulé et le contenu de chacun des dossiers que nous avons ainsi dissociés (1).

La plus grande partie du fonds est constituée par les manuscrits des conférences données par Paul Alphandéry dans le cadre de son enseignement à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études (726 AP 1 à 5). Ceux-ci ont été classés dans l’ordre chronologique. La date et, parfois, le titre, lorsque celui-ci n’apparaissait pas sur les notes de Paul Alphandéry, ont été restitués d’après l’ Annuairede la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études qui donne pour chaque année universitaire un résumé, parfois assez détaillé, des enseignements dispensés (2).

Ont été placés ensuite les dossiers regroupés par Paul Alphandéry en vue de la rédaction d’un ouvrage sur les croisades (726 AP 6 et 7) et d’un autre sur le prophétisme (726 AP 8 à 10). Ces dossiers ont été constitués par Paul Alphandéry à partir, pour l’essentiel, des cours manuscrits rédigés pour ses conférences à l’École pratique des hautes études, ce qui explique une partie des lacunes constatées dans la succession chronologique de ceux-ci. L’ouvrage sur les croisades qui avait été commandé à Paul Alphandéry par Henri Berr pour la collection « L’Évolution de l’humanité » chez Albin Michel fut achevé et publié à titre posthume par Alphonse Dupront, tandis que celui sur le prophétisme ne vit finalement pas le jour (3). La correspondance échangée entre Alphonse Dupront et la famille de Paul Alphandéry autour de la publication de cet ouvrage figure dans 726 AP 17, ainsi que celle relative à sa réédition avec une postface de Michel Balard en 1995.

On a placé à la suite de ces ensembles des notes de cours, des dossiers et des notes de travail et de lecture qui, bien que portant sur des sujets voisins, n’ont pu être rattachés avec certitude à l’une ou l’autre des conférences ou à l’un et l’autre des projets de publications (726 AP 11 et 12).

Les cartons cotés 726 AP 13, 14 et 15 comprennent les dossiers des publications, conférences, soutenances de thèses et comptes rendus faits par Paul Alphandéry. Pour les publications, afin d’épargner au lecteur des recherches parfois longues, la référence complète de chaque publication a été donnée à la suite du dossier de préparation de celle-ci. Ont été classés à part ce qui apparaissait comme des projets de publications non aboutis (en dehors des projets d’ouvrages sur les croisades et le prophétisme latin au Moyen Âge signalés ci-dessus).

Pour les conférences, chaque fois que cela a été possible, le lieu et la date de la conférence ont été précisés. On s’est de même efforcé d’identifier avec précision les ouvrages dont le compte rendu par Paul Alphandéry est conservé dans le fonds d’archives. Il faut d’ailleurs signaler que les comptes rendus qui sont conservés dans ce fonds ne constituent qu’une infime partie de ceux, très nombreux, que Paul Alphandéry a rédigés tout au long de sa vie, en particulier pour la Revue de l’histoire des religions.

Le carton coté 726 AP 16 contient les dossiers relatifs à l’organisation du congrès international d’histoire des religions réuni à Paris en 1923 par la société Ernest Renan pour le centenaire de la naissance d’Ernest Renan et à celle du cinquième congrès international d’histoire des religions qui s’est tenu à Lund en Suède en 1929, ainsi que les dossiers relatifs à la fondation et au fonctionnement de la société Ernest Renan.

Le carton coté 726 AP 17 regroupe un certain nombre de documents qui n’ont pu trouver leur place ailleurs tels que les documents à caractère biographique, les textes littéraires ou les dessins dus à Paul Alphandéry. On signalera plus particulièrement les manuscrits des pièces de théâtre rédigées par Paul Alphandéry.

Dans le carton coté 726 AP 18 a été regroupée la correspondance reçue par Paul Alphandéry, celle reçue par Madame Alphandéry à l’occasion du décès de son mari, ainsi que divers documents relatifs à André Raba, frère de Madame Alphandéry.

Bien que d’une importance matérielle réduite, le fonds d’archives de Paul Alphandéry révèle l’importance de l’œuvre, parfois méconnue, de celui-ci dans le domaine de l’histoire religieuse du Moyen Âge et, plus largement, de son implication pour le développement de l’histoire des religions en France.

On signalera en conclusion que la bibliothèque de Paul Alphandéry a été donnée par sa famille à la bibliothèque de la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études. On pourra reconstituer la composition de celle-ci par la consultation du registre d’inventaire de cette bibliothèque (4).

Thérèse Charmasson,

conservateur en chef du patrimoine.

___________

Notes :

1. Voir ci-dessous Annexe II Intitulés et contenus des dossiers constitués par Paul Alphandéry, dissociés au cours du classement.

2. Voir ci-dessous Annexe I Intitulés des conférences de Paul Alphandéry à l’École pratique des hautes études.

3. Voir P. Alphandéry et A. Dupront, La Chrétienté et l’idée de croisade, t. I Les Premières croisades, Paris, 1954, t. II Recommencements nécessaires, XIIe-XIIIe siècles, Paris, 1959 (Bibliothèque de « L’Évolution de l’humanité », t. XXXVIII et XXXVIII bis) et la réédition en un seul volume présentée en 1995 par Michel Balard : La Chrétienté et l’idée de croisade, Paris, 1995 (Bibliothèque de « L’Évolution de l’humanité »), postface de M. Balard, p. 566-593 ; voir également L. Morelle, Le Prophétisme médiéval latin dans l’œuvre et l’enseignement de Paul Alphandéry. À propos d’archives récemment mises au jour, dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 102 (1990, 2), p. 513-532.

4. Nous remercions Madame Blanchet, bibliothécaire de la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études pour l’aide qu’elle nous a apportée en particulier pour la reconstitution des activités d’enseignement et l’établissement de la liste des publications de Paul Alphandéry ; nous sommes particulièrement reconnaissante à Madame Gratiot-Alphandéry de la confiance qu’elle nous a témoignée en acceptant le versement des archives de Paul Alphandéry aux Archives nationales.

Records creator's history

Études

Paul Alphandéry, dont le père, magistrat, appartenait à une famille juive de Salon-de-Provence, est né le 20 mai 1875 à Draguignan dans le Var. Bachelier de l’enseignement secondaire classique le 26 juillet 1893, il commence ses études supérieures à la faculté des lettres de Bordeaux et les achève à Paris : c’est à Paris qu’il obtient la licence ès lettres, mention histoire, avec la mention « assez bien », le 25 juillet 1896 (1). Paul Alphandéry poursuit ses études à la faculté des lettres de Paris en préparant un diplôme d’études supérieures d’histoire et de géographie qu’il obtient à la session de juin 1898 avec la mention « très honorable », après la soutenance d’un mémoire intitulé « Essai sur la forme et l’origine de l’hérésie de Tanchelm (1110-1115) (2) ».

À partir de l’année universitaire 1897-1898, Paul Alphandéry suit, à la section des sciences religieuses (5e section) de l’École pratique des hautes études, l’enseignement de Jean Réville sur l’histoire de l’Église chrétienne et celui de François Picavet sur l’histoire des dogmes (3). Sur proposition du conseil de la section, il en est nommé élève titulaire en 1898, puis élève diplômé en 1900 avec une thèse intitulée « La réforme morale en dehors de l’action de l’Église à la fin du XIIe siècle et au commencement du XIIIe siècle », dont le conseil des professeurs vote l’impression dans la collection de la section (4). Cette thèse ne sera publiée qu’en 1903, sous le titre Les Idées morales des hétérodoxes latins au début du XIIIe siècle(5).

Enseignement

Dès février 1901, sur la proposition de François Picavet, Paul Alphandéry fait lui-même une série de douze conférences à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études sur « Les procès d’hérésie dans l’Église d’Occident du VIIIe au XIe siècle », puis au cours de l’année universitaire 1901-1902, une seconde série de vingt conférences sur « Les procès d’hérésie dans l’Église d’Occident du XIe au XIIIe siècle (6)». Paul Alphandéry poursuit ces conférences sous le patronage de François Picavet jusqu’en 1905-1906 (7).

Après la mort d’Albert Réville en 1906, François Picavet succède à celui-ci comme directeur de la conférence d’histoire des dogmes (dont l’intitulé est modifié en celui d’histoire des doctrines et des dogmes) et Paul Alphandéry est nommé maître de conférences d’histoire des doctrines et des dogmes à compter du 1er janvier 1907, directeur-adjoint de conférences à compter du 1er septembre 1907, puis directeur d’études le 14 février 1914 (8).

Mobilisé le 2 août 1914 au 45e régiment d’infanterie territoriale, Paul Alphandéry participe à la guerre de 1914-1918 en qualité de lieutenant, puis de capitaine. Il n’est démobilisé que le 13 janvier 1919 et reprend son enseignement à l’École pratique des hautes études après les vacances de Pâques (9). Il le poursuit jusqu’à sa mort, le 25 mars 1932 (10).

La Revue de l’histoire des religions

Parallèlement à ses activités d’enseignement et de recherche à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, Paul Alphandéry a joué un rôle important pour le développement de l’histoire des religions en France.

À partir de 1902, il est secrétaire de la Revue de l’histoire des religionsoù il assure la rubrique des chroniques avec Jean Réville ; après la mort de celui-ci en 1908, il devient, avec René Dussaud, co-directeur de la revue tout en continuant la rédaction des chroniques. Il rédige en outre pour celle-ci de très nombreux comptes rendus et notes de lecture (11).

La société Ernest Renan

Par ailleurs, à l’issue de la guerre de 1914-1918, Paul Alphandéry participe activement à la création de la société Ernest Renan. Cette société savante se donne pour but de travailler « à remettre en valeur les traditions françaises dans le domaine de l’histoire et de la philosophie religieuses, à en montrer la continuité et la richesse depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours […] (12) ». La société Ernest Renan se propose en particulier d’étudier les œuvres des « premiers pionniers de la mythologie comparée », mais aussi « d’étendre son action à un terrain plus vaste. Il a été dit souvent ici même combien est encore restreinte la place que l’enseignement officiel en France accorde dans ses programmes à l’ensemble des disciplines qui se groupent sous le nom d’histoire des religions. La société Ernest Renan ambitionne de remédier à ce défaut. Elle veut développer dans un public assez étendu, qui ne sera pas exclusivement composé de spécialistes, un goût plus prononcé pour des recherches dont nos lecteurs connaissent l’importance et l’intérêt dans le passé et dans le présent. Cette société entend grouper – ou regrouper – des individualités parfois venues d’horizons très divers et que l’on eût désignées jadis du beau nom d’humanistes. C’est dire qu’elle a la ferme résolution de se garder de toute systématisation, de se maintenir libre de toute contrainte d’école ou de parti. Pour donner à ce vaste programme matériel et moral une réalisation de caractère pratique, la société Ernest Renan publiera en totalité ou en partie les ouvrages les plus marquants de la tradition française en histoire religieuse ; elle donnera des bibliographies raisonnées, elle recherchera aussi dans les papiers inédits laissés par les savants disparus, tout ce qui peut aider à comprendre leur œuvre ou à la compléter. Des séances mensuelles seront consacrées à des lectures de mémoires originaux, à des entretiens ou à des conférences (13) ».

Lors de la première assemblée générale qui se tient le 18 décembre 1919 au Collège de France, Paul Alphandéry, dans le rapport qu’il présente en tant que secrétaire général du comité provisoire, souligne que la société Ernest Renan voudrait « […] définir, sans déclarations dogmatiques, mais par le témoignage des œuvres elles-mêmes, cette tradition érudite française en histoire religieuse et en philosophie, cette famille intellectuelle qui compte des représentants, au cours de quelque quatre ou cinq siècles de notre histoire littéraire, dans les différentes églises, dans la science laïque, dans tous les milieux philosophes ou lettrés (14) ».

Paul Alphandéry, élu secrétaire général pour l’exercice 1920 lors de cette première assemblée générale, est réélu à ce poste tous les ans ; il se montre très assidu aux réunions mensuelles de la société. Il y présente plusieurs communications (en 1920, en 1923, en 1926) et prépare avec Adolphe Lods une étude du livre de Jean Astruc, les Conjectures sur la Genèsequi paraît en 1924 (15).

Il participe également très activement en 1923, comme secrétaire général, à la préparation du congrès international d’histoire des religions que la société Ernest Renan organise à Paris du 8 au 13 octobre 1923 à l’occasion du centenaire de la naissance d’Ernest Renan. Il y présente en outre une communication sur « L’ordalie et la prophétie comminatoire (16) ».

Participation à des colloques internationaux

Paul Alphandéry présente également régulièrement des communications aux différents congrès internationaux d’histoire des religions. Il assiste ainsi au premier congrès international d’histoire des religions qui se tient à Paris en 1900 à l’occasion de l’exposition universelle, puis aux autres congrès internationaux d’histoire des religions qui se tiennent avant la guerre de 1914-1918 : à celui de Bâle en 1904, à celui d’Oxford en 1908 et à celui de Leyde en 1912 (17). À l’issue de chacun de ces trois derniers congrès, Paul Alphandéry publie un résumé des travaux du congrès dans la Revue de l’histoire des religions(18).

En outre, au congrès d’Oxford, Paul Alphandéry est nommé membre du comité international permanent, ainsi que J. Toutain. Paul Alphandéry et J. Toutain viennent ainsi remplacer Albert Réville et Jean Réville, tous deux décédés (19).

Après la guerre de 1914-1918, Paul Alphandéry intervient dès 1920 au cours des réunions de la société Ernest Renan pour demander le rétablissement des congrès internationaux d’histoire des religions. Après la reprise de ceux-ci, en 1929, il en présente l’historique devant la société Ernest Renan et donne un compte rendu de celui qui vient de se tenir à Lund en Suède dans la Revue de l’histoire des religions(20).

Conférences du musée Guimet

Paul Alphandéry intervient également à plusieurs reprises dans les cycles de conférences destinées à un large public organisés le dimanche matin au musée Guimet, sur des sujets proches de ses préoccupations habituelles. Plusieurs de ces « causeries » sont à l’origine de publications (21).

___________________

Notes :

1. Arch. nat., AJ16* 4766 Faculté des lettres de Paris, registre des actes publics pour la licence et le doctorat, 6 mars 1884-22 décembre 1896, licence, session de juillet 1896 ; AJ16* 4783 Faculté des lettres de Paris, registre des certificats d’aptitude au grade de licence ès lettres, juillet 1896-juillet 1898, certificat n° 60.

2. Arch. nat., AJ16* 4956 Faculté des lettres de Paris, répertoire annuel des candidats au diplôme d’études supérieures d’histoire et de géographie, 1895-1938, session de juin 1898, feuillet n° 98.

3. Paul Alphandéry est mentionné pour la première fois comme élève stagiaire de la 5e section de l’École pratique des hautes études en 1897-1898 : École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Les Ordalies dans l’Église gallicane au IXe siècle. Hincmar de Reims et ses contemporains, par A. Esmein, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1897-1898 et le programme des conférences pour l’exercice 1898-1899, Paris, 1898, p. 39, 40.

4. Arch. nat., F17 13 618 École pratique des hautes études, section des sciences religieuses, liste des auditeurs proposés à la date du 22 décembre 1898 pour être nommés élèves titulaires de la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, dont Alphandéry (Paul), licencié ès lettres ; arrêté du ministre de l’Instruction publique du 30 décembre 1898 nommant élèves titulaires de la section les élèves stagiaires ci-après dénommés, dont Paul Alphandéry ; École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, La Valeur du témoignage historique du Pasteur d’Hermas, par J. Réville, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1899-1900 et le programme des conférences pour l’exercice 1900-1901, Paris, 1904, p. 31, 42.

5. P. Alphandéry, Les Idées morales des hétérodoxes latins au début du XIIIe siècle, Paris, 1903 (Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, sciences religieuses, volume XVI, 1).

6. On trouvera la liste des sujets abordés dans ces conférences dans ce qui semble être le dossier présenté par Paul Alphandéry à l’appui de sa candidature à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, conservé aux Archives nationales dans son dossier de personnel, Arch. nat., F17 23 554 ; voir également École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, L’Implacable Providence de l’Ancien Mexique, par G. Raynaud, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1900-1901 et le programme des conférences pour l’année 1901-1902, Paris, 1901, p. 33, 46-47 ; du même, Vigilance de Calagurris, un chapitre de l’histoire de l’ascétisme monastique, fin du IVe siècle, commencement du Ve siècle, par A. Réville, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1901-1902 et le programme des conférences pour l’année 1902-1903, Paris, 1902, p. 27, 42-43.

7. Arch. nat., F17 23 554 ; École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, La Collection chrétienne et byzantine des hautes études, par G. Millet, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1902-1903 et le programme des conférences pour l’année 1903-1904, Paris, 1903, p. 97-98, 114-115 ; du même, L’Origine des souvenirs magiques dans les sociétés australiennes, par M. Mauss, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1903-1904 et le programme des conférences pour l’année 1904-1905, Paris, 1904, p. 57, 77 ; du même, Étude sommaire sur la représentation du temps dans la religion et la magie, par M.-H. Hubert, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1904-1905 et le programme des conférences pour l’année 1905-1906, Paris, 1905, p. 41, 58-59 ; du même, La Christologie des pères apologètes grecs et la philosophie religieuse de Plutarque, par E. de Faye, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1905-1906 et le programme des conférences pour l’année 1906-1907, Paris, 1906, p. 19, 37-38.

8. École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Le Péché originel dans les anciennes sources juives, par I. Lévi, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1906-1907 et le programme des conférences pour l’année 1907-1908, Paris, 1907, p. 34 ; arrêté du ministre de l’Instruction publique, des beaux-arts et des cultes du 4 janvier 1907 nommant Paul Alphandéry maître de conférences d’histoire des doctrines et des dogmes à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, Arch. nat., F17 13 618, F17 23 554 ; arrêté du ministre de l’Instruction publique, des beaux-arts et des cultes du 20 août 1907 nommant les maîtres de conférences de la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, directeurs-adjoints, ibid. ; arrêté du ministre de l’Instruction publique, des beaux-arts et des cultes du 14 février 1914 nommant les directeurs-adjoints de la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, directeurs d’études, Arch. nat., F17 23 554 ; sur la conférence sur l’histoire des dogmes, puis de l’histoire des doctrines et des dogmes, voir École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, La Section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études de 1886 à 1911. Son histoire, son œuvre, par J. Toutain, précédé d’un préface de A. Esmein, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1909-1910 et le programme des conférences pour l’exercice 1910-1911, Paris, 1911, p. 83-86.

9. Arch. nat., F17 23 554 Notice annuelle de renseignements pour 1920 ; École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Annuaire 1919-1920…, Paris, 1919, p. 21.

10. Paul Alphandéry (1875-1932), dans École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Annuaire 1932-1933…, p. 28-31 ; voir ci-dessous Annexe I Intitulés des conférences de Paul Alphandéry à l’École pratique des hautes études.

11. Arch. nat., F17 23 554 Notice annuelle de renseignements pour 1911.

12. Voir « Chronique », dans Revue de l’histoire des religions, t. LXXX (1919), p. 191-192, p. 191.

13. Ibid., p. 191-192 ; la société Ernest Renan est déclarée à la préfecture de police le 10 novembre 1919 ; cette déclaration porte que la société Ernest Renan a pour but « de développer en France le goût pour les études d’histoire des religions et de philosophie religieuse et de rééditer les auteurs qui ont représenté la tradition française dans ces études » ; voir « Chronique. Société Ernest Renan », dans Revue de l’histoire des religions, t. LXXX (1919), p. 374-386, p. 380.

14. Ibid.

15. Société Ernest Renan, séances des 26 juin et 27 novembre 1920 : « Les Origines médiévales de l’école évhémériste française », voir Revue de l’histoire des religions, t. LXXXII (1920), p. 132-137, p. 132 ; t. LXXXIIII (1921), p. 109-120a ; le texte de cette communication, qui n’a pas été publiée dans la Revue de l’histoire des religions, figure dans 726 AP 14 ; séance du 17 février 1923 : « La Créquignière, précurseur du comparatisme », ibid., t. LXXXVII (1923), p. 293-305, p. 294-305 ; séance du 26 juin 1926 : « Au sujet d’un article du Dictionnaire de Pierre Bayle », ibid., p. 336-350, p. 336-349 ; ces deux communications sont publiées dans les pages citées de la Revue de l’histoire des religions ; Jean Astruc (1684-1766), dans Revue d’histoire et de philosophie religieuses, t. IV (1924), p. 54-72 ; ce dernier article est repris dans A. Lods, Jean Astruc et la critique biblique au XVIIIe siècle avec notice biographique parP. Alphandéry, Strasbourg/Paris, 1924, p. 5-23 (Cahiers de la Revue d’histoire et de philosophie religieuses, n° 11. Extrait de la Revue d’histoire et de philosophie religieuses) ; voir « Chronique. Société Ernest Renan », dans Revue de l’histoire des religions, t. LXXX (1919), p. 374-386, p. 381 ; « Chronique. Société Ernest Renan », ibid., t. XCII (1925) p. 193-209, séance du 22 novembre 1924, p. 193-196, p. 194 ; voir 726 AP 16.

16. Ibid. ; voir « Chronique », dans Revue de l’histoire des religions, t. LXXXVI (1922), p. 256-258 ; ibid., t. XXXVII (1923), p. 163-164 ; ibid., t. LXXXVIII (1923), p. 144-148 ; les actes de ce congrès ont été publiés par la société Ernest Renan : Actes du congrès international d’histoire des religions tenu à Paris en octobre 1923, Paris, 1925, 2 vol. ; P. Alphandéry, L’Ordalie et la prophétie comminatoire, dans Actes du congrès international d’histoire des religions…, ouvrage cité, Paris, 1925, t. II, p. 376-381.

17. Ces communications ou des résumés de celles-ci sont publiés dans les actes de ces congrès : P. Alphandéry,  Y a-t-il un averroïsme populaire au XIIIe et au XIVe siècle ? Mémoire présenté au congrès international d’histoire des religions en séance de section, le 3 septembre 1900, dans Actes du premier congrès international d’histoire des religions, tenu à Paris du 3 au 8 septembre 1900 à l’occasion de l’exposition universelle, Deuxième partie. Séances des sections, fascicule II Religions dites sémitiques et christianisme (sections IV et VIII), Paris, 1902, p. 127-138 ; Le Prophétisme dans les sectes latines du Moyen Âge antérieures au joachimisme (Résumé), dans Verhandlungen des II. internationalen Kongresses fûr allgemeine Religionsgeschichte in Basel, 30 August bis 2 September 1904, Bâle, 1905, p. 349-353 ; Remarques sur le type sectaire dans l’hérésiologie médiévale latine, dans Transactions of the third international congress for the history of religion, Oxford, 1908, vol. II, p. 354-357 ; Les Signes de croisade, dans Actes du IVe congrès international d’histoire des religions tenu à Leide du 9e au 13e (sic) septembre 1912, Leyde, 1913, p. 164-165 ; Notes sur le messianisme latin médiéval(voir Annuaire de l’École pratique des Hautes études, section des sciences religieuses, pour l’année 1912-1913), ibid., p. 162-164 ; certaines communications sont reprises dans des revues sous le même titre ou sous un titre légèrement différent : Y a-t-il un averroïsme populaire au XIIIe et au XIVe siècle ?, dans Revue de l’histoire des religions, t. XLIV (1901), p. 395-406 ; De quelques faits de prophétisme dans des sectes latines antérieures au joachimisme. Mémoire présenté à la VIIIe section du IIe congrès d’histoire des religions à Bâle, ibid. t. LII (1905), p. 177-218 ; Notes sur le messianisme médiéval latin (XIe-XIIe siècles), dans École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, [ Annuaire 1912], Paris, 1912, p. 1-29.

18. P. Alphandéry, Le Second congrès international d’histoire des religions à Bâle, dans Revue de l’histoire des religions, t. L (1904), p. 234-257 ; Le Troisième congrès international d’histoire des religions à Oxford, ibid., t. LVIII (1908), p. 238-247 ; Le IVe congrès international d’histoire des religions à Leyde, ibid., t. LXVI (1912), p. 233-252.

19. Voir École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Une liste indienne des actes du Buddha, par A. Foucher, avec un rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1907-1908 et le programme des conférences pour l’exercice 1908-1909, Paris, 1908, p. 40-41.

20. Voir « Chronique. Société Ernest Renan, assemblée générale du 27 décembre 1920 », dans Revue de l’histoire des religions, t. LXXXIIII (1921), p. 232-236 ; « Chronique. Société Ernest Renan, assemblée générale du 27 décembre 1921 », dans Revue de l’histoire des religions, t. LXXXV (1922), p. 115-119, p. 117-118 ; « Chronique. Société Ernest Renan, séances du 20 octobre 1928 au 30 décembre 1930 », dans Revue de l’histoire des religions, t. CII (1931), p. 164-176, séance du 26 octobre 1929, p. 169 ; P. Alphandéry, À propos du récent congrès d’histoire des religions, dans Revue de l’histoire des religions, t. C (1929), p. 205-220 ; voir 726 AP 16.

21. Voir 726 AP 13, 14 et 15 ; voir ci-dessous Annexe III Liste chronologique des publications de Paul Alphandéry.

Consulter également les documents annexes ci-joint 726AP. Fonds Paul Alphandéry. Annexes.

Source of acquisition

Don, 2014.

System of arrangement

Consulter les documents annexes ci-joint 726AP. Fonds Paul Alphandéry. Annexes.

Conditions governing access

La consultation des documents est soumise à autorisation.

Conditions governing reproduction

La reproduction et l'exploitation des documents sont soumises à autorisation.

Related material

Institut Mémoires de l’édition contemporaine

Archives du Centre international de synthèse.

Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits

Le catalogue des nouvelles acquisitions françaises du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France signale des « Notes prises aux conférences de Painlevé » par Paul Alphandéry (Nvelles acq. fr. 17 660). Ce cahier de notes de cours n’est pas de la main de Paul Alphandéry ; sans doute s’agit-il là d’une homonymie (1).

___________

1. Bibliothèque nationale de France, Catalogue des nouvelles acquisitions françaises du département des manuscrits, 1972-1986, Paris, 1999, Fonds Painlevé, cahiers de cours, nouv. acq. fr. 17 633 à 17 666, p. 103-104, nouv. acq. fr. 17 660, Paul Alphandéry. Notes prises aux conférences de Painlevé, p. 104.

Publication note

Aucun travail d’ensemble n’a été consacré à Paul Alphandéry. Pour une première approche, on pourra consulter la notice nécrologique publiée par la Revue de l’histoire des religionsqui reproduit les discours prononcés sur la tombe de Paul Alphandéry par Sylvain Lévi, en tant que président de la 5e section de l’École pratique des hautes études, et par François Porché, et donne une liste de ses publications et les titres de ses conférences à l’École pratique des hautes études établie par Alexandre Koyré. Cette notice, jointe au discours prononcé à la séance du 9 juin 1932 de la société Ernest Renan par son président Charles Picard, également publié dans la Revue de l’histoire des religions, a été reprise sous forme de brochure :

  • Paul Alphandéry, dansRevue de l’histoire des religions, t. CV (1932), p. 141-157.
  • Chronique. Bulletin de la société Ernest Renan, séance du 9 juin 1932, discours prononcé par M. Ch. Picard, président de la société Ernest Renan, dansRevue de l’histoire des religions, t. CVI (1932), p. 484-487.
  • Paul Alphandéry, 1875-1932, Paris, s.d., 29 p.

On pourra voir également la notice nécrologique publiée dans l’ Annuairede la 5e section de l’École pratique des hautes études :

  • Paul Alphandéry (1875-1932), dans École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses,Annuaire 1932-1933, Melun, 1932, p. 28-31.

La réédition, en 1995, en format de poche et en un seul volume, des deux tomes de La Chrétienté et l’idée de croisadeest suivie d’une postface de Michel Balard qui donne quelques pistes de recherche, de même que l’article de Laurent Morelle consacré au prophétisme dans l’œuvre de Paul Alphandéry :

  • Balard (Michel),Postface, dans Alphandéry (Paul) et Dupront (Alphonse), La Chrétienté et l’idée de croisade, Paris, 1995 (Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité), p. 563-593.
  • Morelle (Laurent),Le Prophétisme médiéval latin dans l’œuvre et l’enseignement de Paul Alphandéry. À propos d’archives récemment mises au jour, dansMélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 102 (1990, 2), p. 513-532.

Extent

18 cartons Cauchard.

Language of the material

Français

Records creator

Content provider

Archives nationales de France

Place of use

Pierrefitte-sur-Seine