France > Archives nationales

72AJ/2881-72AJ/2888

Archives de l'Amicale des anciens prisonniers de guerre de l'Oflag IV D

Répertoire numérique détaillé des cotes 72AJ/2881 à 72AJ/2888
1941-1998
Monique Leblois-Péchon, chargée d'études documentaires au Département Exécutif-Législatif, sous la direction de Patricia Gillet, conservateur en chef au Département Exécutif-Législatif
2013
Archives nationales
(Pierrefitte-sur-Seine)
Français

Scope and content

Les archives versées par l'Amicale de l'Oflag IV D sont le reflet des activités du Secrétariat de camp, puis de l'Amicale.

Pour la période de fonctionnement de l'Oflag et jusqu'au retour des prisonniers, on y trouve des documents originaux et des photographies de l'Oflag, des comptes rendus d'activité du Secrétariat de camp, qui témoignent de la volonté des prisonniers rapatriés de venir en aide à leurs camarades en captivité et à leurs familles.

Les dossiers de l'Amicale après guerre sont essentiellement constitués de témoignages sur la captivité et de publications, dont la publication du journal de l'Amicale et du livre-souvenir.

Une grande partie de ces archives a trait aux œuvres sociales, au camp d'abord, puis après la Libération et le retour des prisonniers. Le dossier sur l' « Affaire des 100 Millions » témoigne de l'action de l'Amicale pour obtenir la réparation forfaitaire des pertes en marks subies par les œuvres d'entraide et d'assistance de l'Oflag. Les 139 dossiers de familles secourues, notamment grâce à ces fonds récupérés, et l'ouverture en 1946 et le financement d'une maison des pupilles montrent le souci de l'Amicale de perpétuer la vocation sociale d'entraide du camp.

Records creator's history

L'Oflag IV D était situé près du village d'Elsterhorst, à 50 km au nord-est de Dresde et 4 km de la petite ville d'Hoyerswerda, à la limite de la Silésie et de la Saxe. L'effectif du camp varie entre 5437 prisonniers (officiers et leurs ordonnances) en juin 1940, 4054 en 1943 et 5992 en janvier 1945. L'oflag IV D s'est disloqué à partir du 17 février 1945 : des détachements de 400 à 800 hommes ont été acheminés, à pied, dans d'autres camps ou camps de fortune, où ils ont été libérés par l'armée américaine les 14 et 15 avril 1945. Les prisonniers restés à Elsterhorst et Zeithain ont été libérés par l'armée soviétique entre le 19 et le 22 avril et rapatriés par Odessa après un périple de deux mois à travers l'Allemagne et l'U.R.S.S.

C'est en septembre 1942 qu'est créé le « Centre d'entraide de l'Oflag IV D ». Il est l'un des centres d'entraide de camps organisés par le Commissariat général aux prisonniers de guerre rapatriés et aux familles de prisonniers de guerre. Dès le début de leur captivité, les prisonniers de l'Oflag IV D ont manifesté la volonté de venir en aide aux familles de leurs camarades décédés ainsi qu'aux prisonniers nécessiteux d'autres camps. C'est ainsi qu'ont été créées dès 1941, au camp, une caisse de solidarité pour les officiers, sous-officiers et hommes de troupe de l'Oflag IV D et leurs familles, et une caisse de secours pour les familles des prisonniers de certains stalags. Ces caisses étaient alimentées par des dons individuels ou collectifs et par les bénéfices réalisés lors des manifestations culturelles ou sportives. En France, le Centre d'entraide de l'Oflag IV D était chargé de répartir les sommes collectées. Suite à une décision du Commissaire général en date du 29 juillet 1943, les centres d'entraide deviennent les « Secrétariats de camp », dénomination qu'ils conserveront jusqu'à la Libération.

Le secrétariat de camp, en liaison avec les œuvres d'assistance, diffuse auprès des familles de prisonniers des informations sur la vie au camp, et apporte aux prisonniers en captivité ou rapatriés et aux familles de prisonniers une aide matérielle et morale. De novembre 1941 à mai 1944, 222 familles ont bénéficié de l'aide apportée par la caisse de solidarité et 1893 familles ont bénéficié des fonds collectés au titre de la caisse de secours.

En septembre 1945, le Secrétariat de camp devient l'Amicale de l'Oflag IV D, dont les activités principales sont la publication du bulletin, puis du journal et du livre souvenir, et surtout la poursuite de l'aide apportée aux anciens prisonniers de guerre et à leur famille. Lors de sa dernière assemblée générale, le 29 novembre 1997, l'Amicale décide de cesser ses activités et de verser ses archives aux Archives nationales.

Source of acquisition

Don de l'Amicale en septembre 1998 (don de M. Ponvert).

Conditions governing access

Librement communicable sous réserve des restrictions apportées par l'état matériel des documents

Conditions governing reproduction

Librement reproductible

Related material

Aux Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine :

  • sous-série 72AJ (Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale), en particulier cote 72AJ/293 (Oflag IV D).
  • sous-série F/9 (Affaires militaires), en particulier cotes F/9/3094 (Oflag IV D, Centre d’études de la Révolution nationale, réponses à un questionnaire envoyé par le Commissariat au reclassement des prisonniers de guerre), F/9/3420 (Archives de l’Oflag IV D).

Extent

0,85 ml

Language of the material

Français

Content provider

Archives nationales

Place of use

Pierrefitte-sur-Seine
1 - 5 / 5
  • 1
72AJ/2881-72AJ/2888 - 72AJ/2881 Secrétariat de camp de l'Oflag IV D
72AJ/2881-72AJ/2888 - 72AJ/2882 Oflag IV D : documents, témoignages, photographies
72AJ/2881-72AJ/2888 - 72AJ/2883-72AJ/2884 Amicale de l'Oflag IV D
72AJ/2881-72AJ/2888 - 72AJ/2885-72AJ/2886 Témoignages d'anciens prisonniers et ouvrages divers sur la captivité
72AJ/2881-72AJ/2888 - 72AJ/2887-72AJ/2888 Œuvres sociales du Secrétariat de camp et de l'Amicale