France > Archives départementales des Yvelines

1Q art. 1-729 ; 2Q art. 1-920 ; 3Q art. 1-109 ; 4Q art. 1-270 ; 5Q art. 1-1426 ; 6Q art. 1-101 ; 7Q art. 1-5 - 7Q 1-65

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, restauration, collection graphique

[XVIIe]-[XIXe]

Scope and content

Répertoire méthodique détaillé de la sous série 7Q, par Elisabeth Robin, 2010

Dans cette sous-série sont recensés un ensemble de 359 plans des châteaux neuf et surtout vieux (restauration XIXème) de Saint-Germain-en-Laye.

Cet ensemble comprend 5 plans anciens du château neuf (disparu), 27 plans anciens du château vieux (subsistant) et de nombreux plans et croquis de la restauration et transformation en musée du château vieux, de 1862 à 1877.

Il complète lesQuelques dossiers de gestion du domaine de Saint-Germain-en-Laye classés en 2Q45-48, 110 et 5Q478-481

Cet ensemble documentaire comptait 364 plans lorsque fut rédigé l'inventaire accompagnant le versement. 10 plans sont manquant. Le tout comprend aujourd'hui 354 plans : 5 plans anciens du château neuf (détruit à la Révolution), 27 plans anciens du château vieux et 322 plans de la restauration du château vieux dressés de 1862 à 1889 (dont 250 feuilles numérotées).

L'essentiel du fonds est constitué par les plans d'exécution de la restauration du château par Eugène Millet. Les plans ont été dressé à l'échelle de :

-0,004 m /m pour les plans d'ensemble,

-0,02, 0,04 et 0,05 pour les plans d'exécution.

Les plans plus anciens concernant le château vieux ont probablement été utilisés lors des travaux de restauration, notamment ceux de la restauration de Mansart, car au XIXème siècle, le parti pris de l'architecte, en accord avec la Commission des Monuments historiques, est de détruire les pavillons ajoutés par Mansart et de restituer les structures primitives du château de François 1er : redécouverte de la chapelle, réouverture de la rose, restitution des tourelles d'angle. Ces plans d'emprunt seraient donc restés rassemblés dans ce fonds.

Nous ignorons les raisons de la présence desQuelques plans du XVIIème siècle concernant le château neuf.

Physical description

354 plans

Archival history

Après les travaux de restauration, les plans réalisés par Eugène Millet furent conservés aux Archives de la direction des Bâtiments civils.

En 1892, son neveu, l'architecte Paul Selmersheim, lui rend hommage à titre posthume par la publication de la monographie sur la restauration du château de Saint-Germain-en-Laye ; 100 plans d'Eugène Millet y sont reproduits en fac simile, la plupart faisant partie de ce fonds, les autres documents (élévations des façades du château, plans de la chapelle.) sont conservés dans un autre lieu. La totalité des plans de Millet comptait 328 feuilles numérotées, dont 250 sont conservées aux Archives des Yvelines.

L'inventaire livré avec le versement décrit 10 plansQui ne sont pas parvenus aux Archives départementales, dont deux signés de l'architecte Auguste Lafollye,Qui succéda à Eugène Millet. Un seul plan,Qui est une reproduction existe dans ce fonds. Auguste Lafollye était membre de la Commission des Antiquités et des arts de Seine-et-Oise, et Fournez dans un article sur le château et sa restauration publié dans le bulletin de 1902, signaleQue le fils d' Auguste Lafollye, fit don à la commission des plans dressés par son père, plansQue nous n'avons pas retrouvés dans le fonds de la Commission des Antiquités et des arts de Seine-et-Oise conservé aux Archives des Yvelines.

Records creator's history

Le château royal de Saint-Germain-en-Laye fut entièrement reconstruit au XVIe s. par François 1er sur l'enceinte du château XIVe s. de Charles V.

Devenu trop exigu pour accueillir tous les courtisans, le château est complété, à compter de 1557, par une nouvelle résidence édifiée à l'instigation de Henri II, le " château neuf ". Ce châteauQuasi abandonné au XVIIIe siècle, fut détruit à la Révolution

Louis XIV, né à Saint-Germain-en-Laye, réside au début de son règne dans le château vieux, et fait refaire les jardins du château neuf par Le Nôtre à partir de 1662.

En 1681, il confie à Jules Hardouin-Mansart le soin d'agrandir le château vieux. Celui-ci fait élever 5 pavillons aux angles du château vieux, faisant disparaître les tourelles d'angle, chaque étage accueillant ainsi trois nouvelles pièces. En 1682, le roi abandonne Saint-Germain pour Versailles.

Les pavillons accueillent les Stuart lors de leur exil de 1689 à 1718.

Au XVIIIe s. le château vieux se dégrade. L'ancienne résidence royale sera intégrée au domaine national à la Révolution. Elle est transformée en prison pendant la Révolution, en école de cavalerie sous Napoléon 1er, puis en pénitencier militaire sous la Restauration jusqu'en 1855.

En 1862, le château vieux menacé de destruction est sauvé par Napoléon III grâce au projet d'installation du "musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines". Il confie la restauration du château à l'architecte Eugène Millet, élève de Viollet-le-Duc. Eugène Millet (1819-1879) était architecte du gouvernement, membre de la commission des Monuments historiques et inspecteur général des édifices diocésains.

Le château est classé Monument historique en 1863.

Après la mort de Millet en 1879, l'architecte Auguste Lafollye (1828-1891) continue la restauration,Qui sera reprise en 1890 par l'architecte DaumetQui achève les travaux. Les cinq pavillons de Mansart sont supprimés et les tourelles d'angle restituées.

Le musée, inauguré en 1867, prend le nom de " Musée des antiquités nationales " en 1879.

System of arrangement

Les plans ont été numérotés à l'origine par l'architecte. Sauf exception, la numérotation de 1 à 250 suit la chronologie des travaux.Quelques plansQui viennent en complément au plan d'exécution ne sont pas numérotés. Cette suite numérique regroupe globalement les plans par partie de bâtiment ou par type d'intervention (cheminée, menuiserie pour les charpentes et les huisseries, taille de pierre).

La cotation archivistique d'origine suit l'ordre numérique des feuilles et structure l'ensemble du fonds en 4 grandes parties, selon une logiqueQui ne nous est pas accessible, Elle a été conservée car elle permet par ailleurs de garder des repères permettant d'identifier les manques.

L'inventaireQui a été entièrement repris en 2010 a été structuré sous forme de répertoire méthodique en distinguant les différentes époques, et les différentes parties du château vieux pour les plans de restauration du XIXème siècle. Il reprend les dénominations tellesQue libellées par l'architecte.

Source of acquisition

Versement du 22 décembre 1970 par la Conservation du Domaine de Saint-Germain-en-Laye (entrée 1390)

Inventaire imprimé 1-101 Delafosse 1981 inventaire dactylographié 103-621 Marie-Joëlle BRUNET en 1982, resaisi en 2007 par Karine Lumbroso et contrôlé remanié en 2009 par Claude Laude 1 lien image : 6Q129/1, 22104

Related material

Archives nationales 01 1718, 1719, 1721 : 1Mi335, 337-338

Other finding aids

Inventaire dactylographié fourni lors du versement en 1970.

Conditions governing reproduction

Reproductible sous réserve de l'état, et de la mention obligatoire

Physical characteristics and technical requirements

Le fonds est constitué uniquement de plans, consultables sur rendez-vous à cause de leur grand format

1 - 2 / 2
  • 1
1Q art. 1-729 ; 2Q art. 1-920 ; 3Q art. 1-109 ; 4Q art. 1-270 ; 5Q art. 1-1426 ; 6Q art. 1-101 ; 7Q art. 1-5 - 7Q 1 2-5 Château neuf, plans XVIIe s.
1Q art. 1-729 ; 2Q art. 1-920 ; 3Q art. 1-109 ; 4Q art. 1-270 ; 5Q art. 1-1426 ; 6Q art. 1-101 ; 7Q art. 1-5 - 7Q 1 28-112 Château vieux, plans XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles