France > Archives départementales des Yvelines

Chevreuse

XVIIe siècle-1789

Records creator's history

Paroisse : Saint-Martin

Diocèse : Paris

Related material

Archives départementales des Yvelines

D1614 : fonds de Saint-Cyr, seigneurie de Chevreuse, protestation de Jean Ferré " escrivain et maîstre d'école " et de Marie Brenot, aussi maîtresse d'école contre les agissements d'Antoine Courtin, prêtre étranger, qui veut ouvrir une école avec une nommée Renée Tatancourt, 1648 ; E6403 bis-6813 : notaires et tabellions de Chevreuse, actes intéressant l'église et la fabrique ; 13F6 : fonds Moutié, notes sur l'église ; 2F51 : fonds de la Commission des Antiquités et des Arts de Seine-et-Oise, notes sur l'église ; 66J64 : fonds de Coubertin, procès avec la fabrique de Chevreuse, XVIIIe-XIXe siècle ; 121J 55 : fonds Morize, restauration du clocher de l'église, lettre et croquis, dessin de l'église restauré et deux notes sur les dépenses des travaux, 1861 ; 121J57 : idem, Chevreuse, église, 1711-1794 ; 121J77 : idem, Chevreuse église, croix du cimetière et clocher, tribune de l'orgue, autel saint Joseph, 1874-s.d. ; 121J80 : idem, dessin de la pierre tombale de Sébastian Fresnel, prêtre en 1629, s.d. ; 3Q17 : dossier de séquestre révolutionnaire ; 1V169 : états des biens, rentes, dons, legs, revenus fonciers, demandes d'ester en justice, dons de tableaux ou d'objets d'arts par l'Etat, inventaires, conseils de fabriques, conflits avec le curé ou le maire, an XI-1904

Conditions governing access

Il faut signaler la présence de quelques documents intéressant la fabrique et l'église dans le notariat de Chevreuse, signalés et transcrits par Émile Couard dans l'introduction de son inventaire de la série E, articles n° 5864-6930, op cit., LXII-LXXIX.

Publication note

BOYÉ (Maurice-Pierre), Chevreuse et ses environs, Paris, Éditions Corymbe, 1939..

CHARON (Michel), Église Saint-Martin, petit inventaire : peintures, sculptures et orgues, Chevreuse, revue municipale, n° 13, novembre-décembre 1997, p. 10-11..

COUBERTIN (F. de), Inventaire de l'église de Chevreuse, Bulletin de la Commission des Antiquités et des Arts de Seine-et-Oise, 1882, 2e vol. ; 1884, 4e vol..

DION (A. de), Les colonnes octogones [de l'église de Chevreuse], Bulletin monumental, 1876..

GUILHERMY (François, baron de), Inscriptions de la France. Ancien diocèse de Paris, Paris, Imprimerie nationale, coll. " Documents inédits sur l'histoire de France ", 1877, p. 399-404..

INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Les communes du parc naturel régional de la Haute vallée de Chevreuse, Paris, SPADEM, Association pour le patrimoine d'Île-de-France, " coll. Images du Patrimoine, 37 ", 1987..

LEBEUF (abbé), Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Librairie de Féchoz et Letouzey, 1883, t. 3, p. 362-375..

MORIZE (L.), Le canton de Chevreuse. Notes topographiques, historiques et archéologiques, Tours, Deslis frères, 1892 (réimpression 1990)..

MOUTIÉ (A.), Recherches sur Chevreuse, Mémoires de la Société archéologique de Rambouillet, t. III, 1876..

L'orgue et l'horloge de l'église de Chevreuse, 1596-1614, Archives historiques, artistiques et littéraires, t. 2, 1890-1891, p. 550..

PITIOT (Serge), Jean Restout. Le repas chez Simon [église de Chevreuse], dans Le Choix de la mémoire. Patrimoine retrouvé des Yvelines, Paris, Versailles, Somogy, Archives départementales des Yvelines, 1997, p. 138-139..

Keywords

Geographic names:

Chevreuse (Yvelines)
1 - 3 / 3
  • 1
FR/FR-AD078/G 593 Établissement d'une confrérie « à l'honneur de la très sainte et adorable Trinité » par les « marchands tailleurs d'habits », avec la permission du curé de l'église paroissiale de Saint-Martin de Chevreuse, Mre Louis Auvery : « Avons accordé que, s'il décedde quelqu'un des confrères ou de leurs femmes, que dans la huitaine après leur déceds, il sera célébré à leur intention, pour le repos de leurs âmes, une messe haulte à l'honneur de la très sainte et adorable Trinité, aux despens desdits confrères, lesquels seront obligez d'y assister, si la commodité leur permet. Item, a esté accordé que, pour la décoration de l'autel, à l'establissement de ladite confrairie, chacun confrère y entrant présentement et à l'advenir donnera demie livre de cire blanche pour faire le luminaire..... Item a esté accordé que, si quelque ma ître prend apprenti, qu'il obligera ledit apprenti de donner une livre de cire blanche pour augmenter ledit luminaire, et ce dans trois mois après qu'il sera obligé, etc ». Sans date ; XVIIe siècle. – « Mémoire à consulter pour les sieurs Guillé, Saget, Janillion, Batoufflet et autres, au nombre de vingt quatre, tous anciens marguilliers, administrateurs de l'Hôtel-Dieu, membres de l'Assemblée municipale et notables, formant la majeure partie des principaux habitans de la ville de Chevreuse, contre Mre Adant, prêtre, curé de la paroisse de Chevreuse, le sieur La Coste, ancien cavalier de la Maréchaussée, se disant marguillier de ladite paroisse, et quelques autres habitans ». Faits. « La petite ville de Chevreuse n'est composée que de marchands, artisans et journaliers. Elle ne forme qu'une seule paroisse, dont la fabrique jouit d'un revenu assez considérable ; il monte à 4.500 livres ou environ. Les occupations journalières, ou le défaut d'instruction de ceux que l'on est obligé de nommer pour marguilliers ne leur permettant pas d'y donner les soins nécessaires, le curé a presque toujours été le chef de l'administration. Tant que la délicatesse, l'honnêteté et l'amour de la paix ont été les vertus de ceux qui la gouvernoient, on n'a eu qu'à s'en féliciter ; et la ville conserve encore son respect et ses regrets pour la mémoire de Mre Collot, décédé curé en 1741. Mais l'exemple du bien n'a pas le même empire sur tous les hommes. Une circonstance particulière contribuoit à le faire oublier à ceux qui ont remplacé ce pasteur » ; plaintes contre le curé qui succéda, « Mre Moret », qui « employa toutes sortes de manœuvres et d'intrigues ; il s'attacha, sur tout, à se procurer des marguilliers de son choix et à ses ordres, et, quand il put y parvenir, il profita du tems de leur exercice pour faire passer des délibérations conformes à ses intérêts. Il en est résulté qu'après quarante cinq ans cette fabrique, qui n'a pas 2.400 livres de charges sur un revenu de 4.500 livres, s'est trouvée cependant n'avoir aucune économie en réserve » ; quand le Sr Moret se résolut à résigner sa cure, en 1785, « il eut soin de faire tomber son choix sur un sujet qui, en suivant ses erremens, parvint également à le soustraire à ses obligations..... Le sieur Adant, religieux mendiant sécularisé et aumônier d'un régiment de dragons, parut au sieur Moret le plus digne de remplir ses vues. Sa conduite dans la paroisse n'a que trop prouvé, depuis, qu'il ne s'étoit pas trompé » ; – consultation pour les principaux et notables habitants de la ville de Chevreuse servant de réponse à une consultation imprimée sous le nom du curé, du Sr La Coste, se disant marguillier en charge, et de quelques habitants. – État du mobilier de l'église de Chevreuse, 8 septembre 1788. – Ordonnance de l'archevêque de Paris, à la suite de la visite faite par lui : « On se retirera par-devers qui il appartiendra, à l'effet d'obtenir que les réparations nécessaires soient faites incessamment aux collatéraux du chœur de l'église. Les premiers fonds libres seront employés à acheter des ornemens plus convenables », 1788.
FR/FR-AD078/G 594 Titres nouvels, partages, cessions et ventes de divers héritages chargés de rentes au profit de la fabrique de Saint-Martin de Chevreuse : immeuble sis à Maurepas chargé de 25 livres de rente, 1729 ; héritages sis à Haut-Villiers, 1729-1779 ; maison sise à Chevreuse, rue Neuve, 1789. – Baux de biens appartenant à la fabrique par Jean-Baptiste Ficquet et Étienne de Trappu, marguilliers, avec le consentement de Mre Pierre Collot, curé, 1735 ; par Étienne Langlois et Charles Buchère, marguilliers, avec le consentement de Mre Jean-Louis Moret, curé, 1743 ; par Louis Trincard, marguillier, avec le consentement du même, 1772 ; par Jean-Baptiste Paschal Delanoix, marguillier, avec le consentement de Mre Jean-Baptiste-Joseph Adant, curé de la paroisse, 1789.
FR/FR-AD078/G 1122 Titres de rentes appartenant à la « communanté establie pour faire les escolles des filles en la ville de Chevreuse », de 1714 à 1765.