France > Archives départementales des Yvelines

Spiritualité

XIVe-XVIIIe siècles
1 - 10 / 11
FR/FR-AD078/G 360 Fondations, obits, testaments, legs.
FR/FR-AD078/G 361 Fondations, obits, testaments, legs.
FR/FR-AD078/G 362 Fondations, obits, testaments, legs.
FR/FR-AD078/G 363 Titres relatifs aux fondations à célébrer par le Chapitre ou par la Fabrique. – Sentence du garde de la Prévôté de Poissy dans une contestatio n pendante entre le Chapitre et les marguilliers, au sujet de la rétribution à payer pour des obits, messes et services, 24 janvier 1548 ; – autre, du même, condamnant les marguilliers à payer au Chapitre différentes sommes pour des obits déterminés, 20 mars 1548. – Autre sentence en faveur du Chapitre contre les marguilliers, 1562. – Sentence du même, déclarant que MM. du Chapitre seront tenus de présenter au Procureur du Roi, quand ils en seront par lui requis, « le martirologe de leur église et les registres des fondations faites en icelle », qu'ils devront régulièrement célébrer les messes, services, processions et autres offices, et qu'à cette fin ils « seront tenus de faire par chacune sepmaine un mémoire et déclaration des messes et services qui seront à célébrer en ladite semaine, qui sera mis et apposé en une tablette en lieu éminent au chœur de ladite église », 3 janvier 1648. – Lettres royaux « portant relief de la prescription que plusieurs particulliers, redevables de rentes et autres droictz, pouroient alléguer contre les filtres faisant mention desdictes rentes et droictz », les membres du Chapitre ayant représenté que « la plus grande partie des filtres des biens consernant la dotation et fondation royalle dudit Chapitre et les filtres des fondations d'obitz, messes et services qui ont esté fondées par plusieurs particuliers et se disent journellement en ladite églize leurs demeurent inutilz à présent pour faire le recouvrement des arrérages des cens, rentes et aultres droitz qui leurs sont deubz par la perte des tiltres nouveaux et reconnoissances, sentences et condamnations qui estoient intervenues et avoient esté données, de temps à aultre, sur les anciens filtres de la fondation et création des rentes, sentences et condamnations, par le pillage de la ville de Poissy par les trouppes des princes, durant la guerre de l'année mil six cens cinquante deux », 1657. – Requête présentée à l'évêque de Chartres par les membres du Chapitre, « sachans par des faits incontestables qu'un grand nombre de parroissiens deffuntz ont donné en différens tems à la fabrique de la même église des portions (et quelques fois notables) de leurs biens, à condition expresse que dans ladite église il seroit fait, pour le repos de leurs âmes et de leurs parens et amis, certaines prières et célébré certains offices spécifiez par les testaraens et par les contrats faits à ce sujet, sachans aussi que sans auctorité légitime, sans formalitez et sans cause, ces prières et offices ont esté entièrement supprimez depuis fort lontems par ceux qui ont conduit à leur gré les affaires de ladite fabrique », 1704. – Décret de l'évêque de Chartres relatif à la réduction des anciennes fondations du Chapitre, 6 août 1706. – État des messes à acquitter par le curé de Poissy à la décharge du Chapitre. Sans date.
FR/FR-AD078/G 364 Dossiers concernant les fondations particulières. – Notification par R. de Royes, sous-bailli de Poissy, du don fait au Chapitre, par les héritiers de « Monsieur Jehan Le Diacre », d'une maison située à Poissy, « en la rue de Montorgueil », pour le repos de l'âme dudit « Jehan, jadis dyacre en ladicte yglise de Notre-Dame-de-Poissy », et pour « l'augmentation du pain et du vin de matines », 3 avril 1331. – Rentes affectées à l'obit « de Mre Thibaut de Gonesse, vica ire-curé, qu'on dit le VI mars », obit fondé en 1348, d'après l'obituaire coté G. 361 ; – titres de la rente assise sur des terres à Villennes, 1643-1774. – Notification par le garde des sceaux de la châtellenie de Poissy, « Morise Dufour », de la fondation par « Phelipot Taboureau, demeurant à Esgremont », moyennant une rente de 7 sols parisis, assise sur une maison « séant à Poissy, rue de l'Abbaie », de deux messes à perpétuité, l'une « en la Sainte Karanteine », l'autre « ès Avans de Noël », 12 novembre 1388.
FR/FR-AD078/G 365 Dossiers concernant les fondations particulières. – Rentes affectées aux fondations suivantes : fondation Jean Viderel, chanoine de Poissy ; testament de celui-ci, 1419 ; titres jusqu'en 1587, parmi lesquels un acte aux termes duquel « Mre Nicolle Mabillotte, prestre habitué en l'église colégial Nostre-Dame de Poissy », reconnaît avoir donné au Chapitre, à charge d'un obit, une maison, sise à Poissy, « au cimetière dudit lieu », 10 octobre 1587. – Fondation de Jean Isambert, prêtre, vicaire perpétuel et curé de l'église de Poissy, dont le testament est du 3 août 1484, d'après l'obituaire coté G. 361 ; titres relatifs à 2 arpents 1 quartier de terre, en deux pièces, en « l'isle de la Claie, au-dessus du Pont », donnés par Jean Isambert, 1473-1771 ; – fondation de Jean Cochemel, vicaire de l'église de Poissy ; testament de celui-ci qui, entre autres volontés, déclare fonder deux obits, 19 août 1497 ; titres jusqu'en 1765 ; – fondation Marie Lamoureux, dont l'obit est célébré le 18 novembre ; titres constatant les cens et rentes affectés audit obit, de 1468 à 1762 ; – fondation Marie de Montreuil, dont l'obit est célébré le 1er mars ; « elle en avoit fondé trois il y a plus de 250 ans » ; titres jusqu'en 1773.
FR/FR-AD078/G 366 Dossiers concernant les fondations particulières. – Rentes affectées aux fondations suivantes : – fondation « Marion Angelard » ; rente assise sur un immeuble, situé à Poissy, « au marché en hault, nommé l'ostel de Touraine, en la rue de Montorgueil » ; titres de 1514 à 1721 ; – fondation « Jehame La Royne, en son vivant vefve de deffunct Jehan Mousset », dont l'obit est célébré le 31 décembre ; titres de 1519 à 1685 ; – fondation « Yolland La Pennellière » ; rentes affectées à cette fondation sur divers immeubles, notamment une maison à Meulan, « en la rue appellée la Haulte-Rue, en laquelle pend pour enseigne les Troys Roys » ; titres y relatifs, parmi lesquels une reconnaissance par Mre Jean Audouart, prêtre à Poissy, dont Y. La Pennellière était la « mère grant », de 1521 à 1535 ; – fondation « Thibaut Marais », lequel, en 1522, « a donné à la fabrique de Poissy dix arpens et demi de prez au terrouer d'Achères,... À la charge que Messieurs les marguilliers feroient dire tous les ans à perpétuité deux obits » ; titres y relatifs, jusqu'en 1703, parmi lesquels la copie de l'épitaphe suivante, « qui est en cuivre » : « L'AN MIL CINQ CENS VINGT DEUX MIS ENSEMBLE, FLERRE ATROPOS, QUI HUMAINS DESASSEMBLE, FIT EZ CE LIEU METTRE EN MORTEL SEJOUR, Au MOIS DE JUIN LE TREIZIEME JOUR, THIBAULT MARAIS, DONT BON RENOM ET FAME. DEMEURE EZ TERRE, ET GERMAINE, SA FEMME, QUI DE THIBERT A PORTE LE SURNOM, DEUX ANS DEVANT, LAISSANT TEL BON RENOM. PRIEZ JESUS, QUI LES BIENFAICTZ ACCORDE, QU'AUX TRESPASSES FASSE MISERICORDE ». – Fondation Bertrand de Verdun, dont l'obit est célébré le 3 mars ; rente assise sur une maison à Poissy, « rue du Bourg » ; titres y relatifs de 1525 au xviii6 siècle : l'immeuble faisait l'« encoigneure de la rue du Bourg, dans le marché au bled » et portait pour enseigne « la Croix blanche » ; – fondation « de feu noble homme Pierre Le Maréchal dit de La Pelardière, en son vivant sommellier de la Reyne, nostre souverayne dame » ; testament de celui-ci, 15 mai 1535 ; rentes assises sur des immeubles touchant au cimetière ; titres de 1535 à 1686 ; – fondation Jacques Le Preux, dont l'obit est célébré le 12 septembre ; rentes sur immeuble assis « au Bourgeez d'en hault » ; titres y relatifs, de 1539 à 1767 ; – fondations Robert Le Clerc, « vicaire-curé », et Noël Mercier, « prêtre-chapelain » ; rentes assises sur deux maisons en « la rue Nostre-Dame » ; titres y relatifs, parmi lesquels une donation faite par « maistre Robert Le Clerc, prestre, l'un des vicaires-curez de l'église collégial », en 1540, de 1535 à 1727 ; – fondation « Collecte », veuve de Michel Liger ; rente sur une maison sise au Bouiget d'en haut ; titres y relatifs, parmi lesquels le testament de ladite Collette, portant la date du 15 avril 1523 : « Et eodemanno, die décima Jullii, obiit dicta testatrix », de 1543 à 1736 ; – fondation Guillaume Mahieu, « environ l'an 1550 » : un salut au jour de Pâques et une messe basse le lendemain ; « le Sr Remond Mahieu, secrétaire, a aussi fondé un autre salut en augmentation de celui-ci, par contrat du premier d'aoust 1675 » ; – fondation Catherine Gallois, femme de Mre Jean Bignon, procureur du Roi en la gruerie de Saint-Germain, 1557 ; titres de 1676 à 1736 ; – fondation Nicolas Gasteau, dont le testament porte la date du 19 février 1501 ou 1561 ; – fondation « Magdelaine Ansault, qui se dit le sept septembre » ; – fondation Jean Courvoisin, chanoine, dont l'obit est célébré le 17 avril ; titres concernent un immeuble situé à Chambourcy, de 1575 à 1777 ; – fondation de « deffunt Mre Jehan de Gazon, en son vivant l'un des seigneurs de Chappitre de laditte église » ; rente sur un immeuble situé à Chambourcy ; titres y relatifs de 1583 à 1777 ; – fondation Marceau Guillotin, dont l'obit est célébré le 10 octobre ; titre concernant un immeuble sis en la rue de l'Église, 1586 ; – fondations Jean Michel et Marguerite Du Gay [alias Du Quay], femme de celui-ci ; contrats de 1578, 1589 et 1590, constituant des rentes au profit du Chapitre, « à la charge de dire et célébrer à perpétuité par chacun dimanche de l'année, yssue de matines, en ladicte église, en la chappelle de la Trinitté estant derrière le grand autel de ladicte église, une messe de la Saincte Trinitté » ; testament de Marguerite « Du Gué », veuve de Jean Michel, en son vivant bourgeois de Paris, laquelle, entre autres volontés, exprime les suivantes : « Veult et ordonne... Son corps estre inhumé et enterré dans l'église Saint-Jehan en Grève, sa paroisse, au devant du Crucifix d'icelle église, au mesme lieu et endroit où son dit mari a esté inhumé » ; ordonne « que son cœur soit mis et enchâssé en plomb et porté dans l'église Nostre-Dame de Poissy, et iceluy enterré dans une petite chapelle qui est derrière le grand autel d'icelle église, en laque lle est et repose le Saint-Sacrement » ; – legs faits par elle « au Grand Bureau de la communauté des pauvres de ceste ville de Paris » ; aux « confréries des Trespasses Nostre-Dame et du Saint-Sacrement » ; au « couvent Mr Saint-Loys de Poissy » ; aux « quatre ordres mendiens de Paris » ; aux pauvres de l'Hôtel-Dieu ; à « l'église et enfans du Saint-Esprit de Paris » ; à l'église de Poissy, a un tableau du Baptesme de Nostre-Seigneur... Pour estre mis et conservé en la chapelle de la Magdeleine », des ornements et linges, parmi lesquels « six pentes de ciel de tapisseries à fruitz rehaussez de soye », des chasubles, des aubes, «deux robbes pour l'image Nostre-Dame», etc., 23 mars 1593 ; – fondation Jean Sainsart, marchand à Poissy, et Marie Guillotin, sa femme, 1599-1709.
FR/FR-AD078/G 367 Dossiers concernant les fondations particulières. – Rentes affectées aux fondations suivantes : – fondation Edme Brunoil et obit Bertrand de Verdun ; rentes assises sur des maisons rue du Bourg ; titres y relatifs de 1603 à 1703 ; – fondation Gervais Sevestre ; extrait du testament de Gervais Sevestre, chanoine de Notre-Dame de Poissy, léguant au Chapitre une maison « en la ruelle qui tend de ladicte [églize] en l'abbaye dudit lieu, tenant d'ung costé aux religieuses d'icelle abbaye et au viel chasteau, d'aultre costé aux héritiers de feu René Bardou et à la grand rue », 1605 ; titres relatifs audit immeuble, de 1581 à 1605 ; – fondation Marie veuve Adam Brisset, 1606 ; – fondation Bonnejoie ; titres y relatifs depuis 1614 jusqu'à 1637 ; – fondation Gaspard Galloys, marchand à Poissy : salut et procession le jour de « Pasques fleuryes » ; testament de G. Galloys, 1622 ; rentes et titres y relatifs, 1605-1774 ; – fondation Adam Chevrier, « vivant conseiller du Roi, président et trésorier général de France en Picardie », dont le testament est « du 11 avril 1624 », et qui, outre cette fondation, a donné plusieurs ornemens à l'église et dépensé plus de deux mil livres pour faire rétablir les orgues», 1626 ; –fondation « Pierre Cagnyé », pour laquelle son neveu, Mre Charles Cagnyé, prêtre, principal du collège de Navarre, remet au Chapitre diverses sommes, 1625-1661 ; – fondation Adam Le Commandeur, dont l'obit est célébré le 3 décembre ; rentes affectées ; titres de 1632 à 1765 ; – fondation Nicolas Martin, en son vivant curé de Saint-Jacques de Retz ; titres à partir de 1643 ; – fondation L. -Q. Rozelet ; extrait du testament olographe de celui-ci portant la date du 23 octobre 1662 ; – fondation Marthe Pitou ; testament de celle-ci, « âgée de soixante ans, veufve de feu M. Pierre Bricard, vivant marchand audict Poissy », 1662 ; rentes assises ; titres jusqu'en 1757 ; fondation Marie Bajoue, veuve Larcher, 1666-1777 ; – fondation François Geoffroy, maître chirurgien à Poissy, 1669 ; acte de 1674 ; – fondation Élisabeth Coudray, veuve de Mre « Mathieu Pépin » ; rentes assignées ; titres de 1631 à 1765 ; – fondation Charles Jullien, « recepveur au grenier et magazin à sel dudit Poissy » ; titres de 1664 à 1775 ; – fondations Jean Minger alias Minager, sieur de La Vigne, officier des chasses du Roi, demeurant aux Loges, près Poissy, et Marguerite Lambert, sa femme, 1688 ; rentes et titres y relatifs, de 1671 à 1776 ; – fondation « Peron de La Chastaigneraye » et Louise Morice ; titre y relatif, 1688 ; – fondation Jacques Caffart et Nicolas Brisset ; rentes affectées, 1689 ; – fondation Le Vasseur, lequel « prestre, antien chanoine de l'église royalle et collégialle de Nostre-Dame de Poissy, chapelain ordinaire du Roy de la chapelle Saint-Michel estant au parc du chasteau de Saint-Germain en Laye », fonde un salut le jeudi de l'octave du Saint-Sacrement, 1691 ; – fondation Élisabeth Bénard, veuve de Charles Rousselin, en son vivant « un des vingt aydes du pont dudit Poissy », 1691 ; rentes assignées et titres jusqu'en 1751 ; – fondation Nicolas Bénard, « ancien chanoine, déceddé en 1698 » ; titres jusqu'en 1735 ; – fondation Louis Bajoue, « ancien advocat en Parlement, décédé en cette ville de Poissy, le vingt-deux ou vingt-trois septembre 1691 » ; – fondation Toussaint Saulton et Anne Jansé, 1694 ; – fondation Pierre Fleury, marchand, bourgeois de Poissy, 1695 ; – fondation Anne de La Porte en son testament du 31 mai 1695 ; – fondation Charles Mahaut, l'un des vicaires perpétuels en son testament du 20 juillet 1696 ; rente sur une maison en la rue de la Tannerie ; titres y relatifs jusqu'en 1705.
FR/FR-AD078/G 368 Dossiers concernant les fondations particulières ; – rentes affectées aux fondations. – Fondation et legs Philippe de Cuisy. Testament de « Messire Philippe de Cuisy, prêtre, l'un des vicaires perpétuels de l'église royale et collégiale de Notre-Dame de Poissy ». Le testateur exprime, entre autres, les volontés suivantes : – « Veut et entend que, lorsqu'il aura pieu à Dieu le retirer de ce monde, son corps soit inhumé dans la chapelle de la Magdelaine de laditte église de Poissy » ; – « lègue à la fabrique de laditte église cinq livres de rente annuelle et perpétuelle, à prendre en cent cinquante livres de rente qui lui ont été transportées par le sieur Boutret, bourgeois de Saint-Germain-en-Laye » ; – legs « à l'ospitalle des pauvres mallades de la Charité de Poissy » ; au Chapitre, pour la fondation à perpétuité d'un salut du Saint-Sacrement un des jours dans l'Octave ; au « sieur Pierre Cuisy, son frère, demeurant aux Andelis, et à Philipe Cuisy, son fils, aussi chirurgien audit lieu et son filleul » ; à « Marguerite et Louise de Cuisy, ses niepces », filles de Pierre de Cuisy ; à la veuve du sieur Chevallier, « sa sœur » ; à Louise Chevallier, sa nièce, femme « du nommé Dabcours », à Louise Chevallier, également sa nièce, femme « du nommé Amelin », à son neveu « Louis De Lecourt », à diverses personnes ; – il choisit pour ses exécuteurs testamentaires Mre Charles Bellier, chanoine, et Mre Antoine Saugrain, vicaire perpétuel, 23 février 1692 ; – délivrance des legs aux intéressés, 1692-1693 ; – rentes affectées sur différents immeubles ; – procédures auxquelles donne lieu le recouvrement des rentes assignées ; parties intéressées : le Chapitre, la fabrique, la Charité des pauvres, les parents, les détenteurs des immeubles, « le sieur François Boutrays, officier de feue la Reyne, et damoiselle Catherine Michel, sa femme », Gaspard Trumeau, sieur de La Forest, et demoiselle Louise Bellier, sa femme, Charles Le Normand et Marie Labarre, sa femme, François Bordier et Anne Le Moine, sa femme, Vigor-Louis Boutrais et Gabriel Boutrais, Antoine Barbier, « capitaine d'infanterie, géog raphe et ingénieur du Roy», et demoiselle Catherine Boutrais, Michel Didier, « chef de goblet du Roi », Nicolas Thomas de Vaulx, Mre Claude Glucq, conseiller au Parlement, et autres ; pièces y relatives et « mémoire à consulter » au sujet d'une rente de 150 livres stipulée dans un contrat de 1685 ; 1685-1743.
FR/FR-AD078/G 369 Dossiers concernant les fondations particulières ; – rentes affectées à ces fondations. – Fondation et legs « Marie-Marthe Dupont de Compiègne, veuve de Messire Jean-Baptiste Picot, chevalier, seigneur de Cressy » ; – fondation d'un salut, qui aura lieu le mardi dans l'octave du Saint-Sacrement, 1698 ; – rentes assignées sur des biens sis au Tremblay, près Orgeval ; – constitution de rente au profit de « damoiselle Catherine Dupont de Compiègne », 1699 ; – procédures entre le Chapitre et « Nicolas du Pont de Compiègne, seigneur de bouvières, capitaine en chef du vol des champs de la chambre du Boy » ; historique du procès contenu dans un « Factum » contre le Chapitre ; pièces y relatives, 1722-1723 ; – autres procédures, en 1788-1789, relativement aux rentes dues au Chapitre.