France > Archives nationales

Confédération française des professions sociales (1922 - 2007)

Date of foundation:

1922

Date of closing:

2007

Alternative names:

Confédération française des professions sociales

Association des travailleuses sociales (France)

CFPS

Fédération Française des Travailleurs Sociaux

FFTS

LEGAL STATUS

Legal status:

association

FUNCTION

Function:

activité associative

Function:

affaires sociales

Note:

travail social

HISTORICAL NOTE

Historical note:

Fondée sous le nom d’Association de Travailleuses Sociales (ATS) en 1922, par Juliette Delagrange (surintendante d’usine). L'article premier des statuts stipule que l'association a pour but : "de grouper les femmes qui consacrent leur vie à l'Hygiène, l'Education et l'Assistance Sociales, de leur fournir un organisme d'entr'aide, d'établir entre elles des relations suivies, qui leur permettront d'étudier les questions professionnelles et le développement des institutions auxquelles elles sont attachées". L'objectif de créer une plate-forme commune est énoncé clairement, mais la lecture de l'article 5 vient nuancer cette voix unanime, puisqu'il impose une règle pour la composition du comité central : "les différentes catégories de travailleuses sociales seront représentées par une déléguée qu'elles éliront par correspondance ou en réunion spéciale". La "travailleuse sociale" de l’entre-deux-guerres met donc en avant sa propre appartenance professionnelle et lorsque l'on sait les difficultés que rencontrent chacune de ces professions pour défendre son statut (parfois face ou au détriment des autres), on peut se demander sur quoi reposait cette union.

En effet, la conquête de la reconnaissance de chaque métier ne s'est pas faite simultanément dans chaque profession. Les infirmières visiteuses seront les premières à obtenir un diplôme d'Etat en 1922, les assistantes de service social ensuite mettront dix ans de plus pour obtenir le leur, et quand finalement les deux diplômes sont unifiés par le décret du 17 février 1938, la formule unique retenue sera celle d'un diplôme d'assistante de service social, le texte précisant bien que "la nouvelle réglementation supprime tout d'abord les différentes spécialités de visiteuses d'hygiène sociale". Dans cette nouvelle configuration, l'ATS continue à exister, mais ne semble plus remporter tous les suffrages, puisque une nouvelle association va naître le 9 décembre 1944 : l'Association Nationale des Assistantes Sociales diplômées d'Etat (ANASDE), le critère du diplôme étant une condition d'adhésion obligatoire. Cette dernière se démarque clairement de l'ATS, qu'elle relègue au rôle "d'un groupe plus ancien, plus amical, plus intime" et se revendique comme "un organisme strictement professionnel".

Le 12 avril 1950, l’ATS se transforme en Fédération Française des Travailleurs Sociaux (FFTS) puis devient en janvier 1976, Confédération française des professions sociales (CFPS) avant de se dissoudre définitivement en 2007. Malgré les difficultés pour fédérer l’ensemble des professions sociales, elle tentera de donner corps à la notion de « travailleur social » (inspiré du social worker américain) en cherchant à le doter d’un statut, puis en élaborant un annuaire, un tableau synoptique, un questionnaire puis un code de déontologie communs. L’histoire de la CFPS est une succession d’échecs, en revanche elle s’imposera comme propagandiste des différentes professions sociales et offrira une plateforme de représentations pour celles d’entre elles qui ont le moins de visibilité ou de légitimité : moniteurs-éducateurs, travailleuses familiales (devenues en 2006, technicienne en intervention sociale et familiale, TISF), aides médico-psychologiques…